14/02/2010

"THE UNIT" (COMMANDO D’ELITE) – Quand les opérations secrètes sauvent l’Amérique et le monde

USA - 2006 à 2009 : 69 épisodes (4 saisons : saison 1 : 13 épisodes / Saison 2 : 23 / Saison 3 : 11 / Saison 4 : 22).

Avec Dennis Haysbert (Jonas Blane), Regina Taylor (Molly Blane), Scott Foley (Bob Brown), Audrey Marie Anderson (Kim Brown), Robert Patrick (Colonel Tom Ryan), Max Martini (Mack Gerhardt), Abby Brammell (Tiffy Gerhardt), Michael Irby (Charles Grey), Demore Barnes (Hector Williams).

Série créée par David Mamet, d’après le livre « Inside Delta Force » de Eric L. Haney. Ecrit et produit par David Mamet et Shawn Ryan. Photo : copyright : imdb.com

Diffusé en 2008 sur la deux (RTBF2), saison 4 actuellement en cours de diffusion le dimanche soir de 20 h 10 à 22 h (février 2010). Saisons 1 à 3, disponibles à la vente en DVD. Saison 4 disponible fin avril 2010.

 

THE UNIT - IMDB_1

SCENARIO : « The unit » (l’unité) ou la vie au quotidien de super agents secrets des Forces spéciales de l’armée des Etats-Unis d’Amérique, chargés de réussir les missions les plus périlleuses. En parallèle, nous suivons la vie des femmes de ces héros particuliers. Tout en restant soudées, elles veillent à respecter à la lettre toutes les consignes de sécurité afin de préserver les activités secrètes de leurs maris et leur identité, le danger rôdant toujours à proximité.

COMMENTAIRE : créé par le brillant dramaturge David Mamet (auteur notamment du scénario des « Incorruptibles » en 1987 avec Kevin Costner et Robert De Niro), « The Unit » aurait de quoi rebuter les Européens que nous sommes. A première vue, on dirait une série où, une fois encore, l’Amérique sauve le monde et surtout, ses propres compatriotes. Eh bien, on a tout faux. S’il est vrai que la première saison nous montre une équipe de super agents, rompus aux missions les plus délicates et qui ne font quasiment jamais d’erreurs, le ton change dès la saison 2, surtout à la fin lorsque l’unité est trahie par le gouvernement américain qui l’accuse de comportement illicite sur le terrain. Dès lors, l’équipe, traquée comme de vulgaires fugitifs, devra tout mettre en œuvre pour rétablir la vérité. Première faille.

Ensuite, dès la première saison, plusieurs épisodes nous montrent bien le stress ressenti par ces hommes pour « raison d’état ». Deuxième faille. Dès les entraînements, la peur de faire la gaffe ou de se planter, surtout lors des opérations de commando qui requièrent une précision infaillible (toucher la cible sans hésiter), hantent les personnages, notamment le jeune Bob Brown, dernière recrue et qui doit faire ses preuves.

A plusieurs reprises, l’équipe se demande pourquoi il faut assassiner telle ou telle cible alors que ce ne sont pas toujours des dictateurs ou des hommes nuisibles pour les Etats-Unis. Enfin, lorsqu’eux-mêmes se retrouvent pris pour cible par leur propre gouvernement, le doute s’installe quant au sens de leurs missions et pour certains, c’est une remise en question de leur propre existence. Troisième faille.

Côté privé, hormis le couple formé par le leader Jonas et sa femme Molly, la vie de ces super agents n’est pas des plus reluisantes : Tiffy, la femme de Mack le trompe avec le Colonel Ryan, supérieur de l’unité secrète ; Grey n’a personne à aimer, seuls comptent les succès des missions ; Hector hésite avant de s’engager ; le Colonel Ryan rate son mariage, trahi dans une sombre affaire par sa propre femme ; Bob et Kim Brown s’aiment mais Kim a dû mal à vivre sa nouvelle situation. Elle éprouve des grandes difficultés à garder le secret indispensable à la survie de l’unité. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de Molly Blane, femme de tête et au bon sens désarmant.

Sous des dehors a priori héroïques, « The Unit » se révèle plus subtile que cette simple étiquette. Les personnages de Mack et de Bob sont à cet égard emblématiques, des hommes animés d’un grand patriotisme mais qui se posent des questions et trimballent avec eux un mal-être et des doutes. En coulisses, à la tête de la production et auteur de plusieurs scénarios, on retrouve Shawn Ryan, créateur et producteur de « The Shield », probablement la meilleure série policière de ces vingt dernières années. Une référence.

Même si « The Unit » n’atteint pas le même degré de densité au niveau de sa narration et de ses personnages que « The Shield », elle n’en reste pas moins un bon moment de télévision, très détendant et pas mal ficelé. Cela dit, d’une saison à l’autre, la qualité est assez inégale. Comme la saison 3 qui se révèle plus faible avec ses 11 petits épisodes (soit une demi-saison), en raison de la grève des scénaristes qui a secoué Hollywood en 2007 : on sent le côté « tourner à la va-vite » et l’ensemble finit de manière un peu faiblarde. La 4 devrait redonner un coup de fouet, 22 épisodes étant annoncés.

Pour l’anecdote, David Mamet avait déjà fait un galop d’essai avec le film « Spartan », en 2004, où Val Kilmer jouait un agent secret des USA, chargé de retrouver une fille kidnappée d’un haut membre du gouvernement et se retrouvait au cœur d’un complot. Notons aussi que « The Unit » se base sur le livre « Inside Delta Force » d’Eric L. Haney, qui y a travaillé comme consultant. Un livre qui donne à la série une base solide en ce sens où les missions montrées à l’écran se révèlent visiblement assez proches de la réalité. 

Enfin, parmi les acteurs, on retiendra le formidable Dennis Haysbert (Jonas), déjà épatant en Président des Etats-Unis dans « 24 heures chrono » et Robert Patrick (Colonel Ryan), le robot-tueur qui courait après Schwarzie dans « Terminator 2 ». Deux acteurs qui portent cette série sur leurs épaules avec un charisme certain. Les seconds rôles sont, eux aussi, bien campés, notamment Molly, Mack et Bob Brown.

Après 4 saisons, « The Unit » a malheureusement été annulée aux USA en raison de la crise alors que d’autres séries médiocres comme « Numbers » et « Les Experts : Miami » se poursuivent. Allez comprendre. Peut-être est-ce dû au changement d’attitude des USA quant à ses interventions armées dans le monde, l’arrivée au pouvoir de Barack Obama atténuant quelque peu le côté « va-t-en guerre » de son prédécesseur George Bush. N’oublions pas que les séries américaines restent aussi un révélateur des changements et des mutations profondes des USA. Et parfois, certaines sont sacrifiées sur l’autel du changement, comme « The Unit ». Pour se consoler, on regardera avec plaisir cette dernière fournée d’épisodes.

Voir le générique de la saison 1 sur « you tube » :

 

13:09 Écrit par Manu dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.