31/01/2011

L’AGE DE CRISTAL (LOGAN’S RUN) : série kitsch de s-f qui a laissé de bons souvenirs…

USA – 1977 / 78 (dates US) : 14 épisodes (une seule saison).

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis).

Aucune édition en dvd. Diffusé en 1978 sur RTBF1 et BRT1 et Antenne 2, en 1981 sur RTL et rediffusée en 1998 sur CLUB RTL, pas de rediffusion récente en Belgique.

Série sortie aux USA en avril 2012 en dvd zone 1 et en version originale sous-titrée en français.

LOGAN - snowcrest net - splash1.JPG

Merci pour les photos de la série prises sur : http://www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm 

Voir le générique de la série "LOGAN'S RUN" sur « youtube » (en version originale sous titre US)

Voir aussi le numéro avec dossier spécial consacré à « Arrêt sur séries », l’excellent magazine dont voici le lien internet : http://arretsurseries.chez-alice.fr/

SCENARIO : La Terre au 23ème siècle. Après un holocauste nucléaire, les humains survivants se sont regroupés dans plusieurs petites cités, parmi lesquelles la Cité des Dômes où les habitants ont la particularité de ne pas dépasser l’âge de 30 ans.

Lors d’une cérémonie nommée « Le Carrousel », chaque adulte est amené à "renaître". Parmi les habitants se trouvent plusieurs sceptiques qui ne croient pas à ce rituel qu’ils jugent être un stratagème pour éviter la surpopulation.

Un groupe de résistants s’organise pour fuir vers l’extérieur et rejoindre un lieu appelé « Sanctuaire ». Lors de leur fuite, ces fugitifs sont traqués par les limiers, une sorte de police d’élite de la cité composée d’hommes vêtus de noir et équipés d’armes qui tirent des boules de feu et des éclairs paralysants.

Parmi ceux-ci, Logan 23 qui fait équipe avec Francis 14. Approchant l’âge de 30 ans, Jessica, jeune habitante de la Cité, décide de fuir. Au moment de l’arrêter, Logan assomme Francis et part avec Jessica. Le limier devient fugitif, traqué par son ancien équipier, Francis, sur ordre des dirigeants de la cité. C’est le début de la quête vers le sanctuaire. En chemin, ils font la connaissance de Rem, un androïde à l’humour succulent et capable d'éprouver des émotions humaines, qui les accompagne dans leur voyage, parsemé de dangers et d’embûches…

COMMENTAIRE : « L’âge de cristal » (« Logan’s run » en version originale, littéralement « La fuite de Logan") se base sur le roman de William F. Nolan dont la Metro Goldwyn Mayer avait déjà tiré un film en 1976 (avec Michael York et Peter Ustinov et qui marquait la première apparition de Farah Fawcett, la future « Drôle de dame »). Un an après le film, en 1976, Ivan Goff et Ben Roberts (producteurs avec Aaron Spelling de « Drôles de dames » avec… Farrah Fawcett) décident d’en tirer une série hebdomadaire.

Sorte de version futuriste du « Fugitif » (le groupe de Logan, Jessica et Rem rencontre à chaque épisode une nouvelle communauté avec ses problèmes et leur vient en aide, parfois au risque d’être capturés par leurs poursuivants), « L’Age de Cristal » n’aura pas rencontré son public aux USA, alors que la série apparaissait la même année que le succès fulgurant de « La guerre des Etoiles », premier film de la trilogie originale (1977).

C’est regrettable dans la mesure où malgré son esthétique kitsch avec ses couleurs criardes et ses scénarios empreints de naïveté à la sauce liberté, cette série avait tout pour plaire aux gamins de l’époque : vaisseaux spatiaux roulants, armes fascinantes (le fameux pistolet boules de feu des limiers), récits bien menés au niveau du montage et de l’action, générique attractif. Les scénarios, même s’ils confrontaient les héros aux sempiternels méchants de la semaine, avaient le mérite d’être assez originaux.

En tous cas, l’imagination avait sa place et ce monde futuriste se révélait cohérent, avec ses peurs, ses espoirs, ses moments de doute sur soi et son humour, particulièrement savoureux au travers du personnage de Rem.

Malheureusement, le public n’a pas suivi et après seulement 14 épisodes, la série fut annulée. Autre regret, en la revoyant récemment, la série a assez mal vieilli, en particulier les costumes qui font très pyjama à la « Star Trek » période M. Spock (1966). C’est le cas pour d’autres séries de science-fiction de l’époque comme « Galactica » et « Buck Rogers ». Vu la qualité des effets spéciaux actuels, difficile de tenir la comparaison. Mais bon, remis dans le contexte de l’époque et vu au travers des yeux du gamin de 10 ans que j’étais, c’était une belle porte ouverte sur l’imaginaire et de très bons souvenirs télé.

A noter qu’aux USA, seuls 11 épisodes sur 14 furent diffusés. Parmi ceux-ci, on a eu l’occasion de voir des visages connus à l’époque et présents dans d’autres séries comme William Smith (l’infâme Falconetti de la minisérie « Le Riche et le Pauvre »), Lance LeGault (le Colonel Decker de l’ « Agence tous risques », vu aussi dans « Magnum ») ou encore Nicolas Hammond, le « Spiderman » en collants de l’horrible série de 1977 et même Horst Bucholz, le petit jeune des « Sept mercenaires » avec Steve McQueen et Yul Brynner, dans un épisode clairement inspiré du film « Les chasses du Comte Zaroff ».

A la fin de la série, Donald Moffat, acteur anglais né en 1930, fit encore une belle carrière au cinéma (en Président des Etats-Unis dans « L’Etoffe des héros » et dans « Danger immédiat » avec Harrison Ford) et dans de nombreuses séries (« L’homme qui valait trois milliards », « A la maison blanche », « New York, Cour de Justice », …). Il semble avoir mis un frein à sa carrière puisqu’il n’a plus rien tourné depuis 2005, profitant sans doute d’une retraite bien méritée.

Né en 1950, Gregory Harrison (Logan) fit plusieurs téléfilms à succès. Un an après l’arrêt de l’’âge de cristal », il marqua les esprits en jouant le pionnier Levi Zendt dans la très belle minisérie « Colorado » aux côtés de Robert Conrad et Raymond Burr. Aux USA, il trouva enfin le succès dans la série « Trapper John M.D. » (1979 – 1986, inédite en Europe qui narrait le quotidien du Dr. Trapper dans un hôpital de San Francisco, incarné par Pernell Roberts, l’Adam Cartwright de « Bonanza »). On le revit ensuite dans le film « Razorback » (1984) de Russel Mulcahy, réalisateur d’ « Highlander ». Récemment, il a joué dans des épisodes de séries policières très regardées comme « New York Unité spéciale » (2006) et « Les experts : Manhattan » (2010).

Quant à Heather Menzies (Jessica), canadienne née à Toronto en 1949, elle épousa l’acteur Robert Urich (« Vegas », « Spenser for hire » où elle joua même dans un épisode en 1987 aux côtés de son mari, vedette de la série) et délaissa les plateaux de cinéma pour se consacrer à sa vie de famille. Elle n’a plus rien tourné depuis 1990.

Fait notable, dans la version française, c’est Pierre Arditi qui prête sa voix à Gregory Harrison (Logan).  A la même époque, le comédien français a aussi doublé Patrick Duffy dans « L’homme de l’Atlantide », Jeff Goldblum dans « Timide et sans complexe » et même Erik Estrada (Ponch) dans « Chips » !

Notons enfin qu’à l’heure d’écrire ces lignes (fin janvier 2011), un projet de remake du film « Logan’s run » est actuellement en cours de développement pour une réalisation attendue en 2012. Wait and see.

 

L’AGE DE CRISTAL (LOGAN’S RUN) :

LISTE DES EPISODES (d’après « Téléstar » de 1978 à 1982)

USA – 1977 / 78 (dates US) : 14 épisodes (une seule saison). Série créée par Ivan Goff et Ben Roberts, d’après le roman de William F. Nolan et le film du même titre de Michael Anderson (1976).

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis).   

Voir le générique de la série sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=owNi60LLK1c 

 

Episode 1 : “L’AGE DE CRISTAL »

(Titre original : « Logan’s run»)

Pilote d’une durée de 90 minutes.

Téléfilm américain réalisé par Robert Day. Scénario de  William F. Nolan, Saul David et Leonard Katzman. Diffusé aux USA le 16 septembre 1977.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis).

L’HISTOIRE : Le vingt-quatrième siècle. Deux cents ans après la fin de la guerre atomique qui a bouleversé la surface de la terre. Les hommes ont pourtant réussi à refaire leur vie. Mais,  désormais, ils vivent sous d’immenses dômes lumineux, où ne pénètre jamais la lumière du jour. Ce monde très sophistiqué est contrôlé par des ordinateurs. Les habitants, qui ignorent qu’il existe un monde extérieur, savourent une existence entièrement consacrée au plaisir. On pourrait croire à la société parfaite. Un seul inconvénient : personne n’a le droit de dépasser les trente ans… En effet, c’est à cet âge que les habitants sont conduits au « carrousel », sorte d’aspirateur géant qui, sous prétexte de les régénérer, les détruit et ce, afin d’éviter la surpopulation et le manque de ressources.

Pourtant, il arrive que certains habitants refusent cette loi et s’évadent, partant alors à la recherche du sanctuaire, lieu inventé par ceux qui croient en un monde extérieur.

Arrive le jour où Logan qui fait partie des « limiers », un policier chargé de ramener, voire d’éliminer les fuyards, s’éprend de Jessica. Tous deux seront bientôt âgés de trente ans. Jessica est membre d’une organisation clandestine qui aide à fuir vers l’extérieur. Logan décide de fuir avec elle. Ils sont poursuivis par Francis, l’ancien coéquipier de Logan, très déterminé à les ramener coûte que coûte à la Cité des Dômes…

Note sur les coulisses : dans ce téléfilm pilote qui introduit la série, de nombreux plans font usage de scènes du film, histoire de limiter les frais en effets spéciaux, très coûteux pour une série télévisée à l’époque.

 

Episode 2 : « LES COLLECTEURS »

(Titre original : « The Collectors »)

Scénario de James Schmerer. Réalisé par Alexander Singer. Diffusé aux USA le 23 septembre 1977.

 Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Linden Chiles (John), Leslie Parrish (Joanna), Angela Cartwright (Karen), Lawrence Casey (Martin), Perry Bullington (Limier n°1), Ben Van Vacter (Limier n°2), Stan Stratton (Limier n°3), …

Jessica et Logan sont mentalement manipulés par des envahisseurs d’une autre planète qui les tiennent prisonniers par une série d’illusions. Les savants sont cependant plus intéressés par Rem que par les deux humains. Ils décident d’en faire le profil moléculaire…

 

Episode 3 : « UN ETRANGE CHASSEUR »

(Titre original : « Capture »)

LOGAN_snowcrestdotnet_captur.JPG

Scénario de Michael Richards. Réalisé par Irving J. Moore.

Diffusé aux USA le 30 septembre 1977.

 Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Horst Bucholz (Borden), Mary Woronov (Irene), Stan Stratton (Benjamin), … 

Photo : http://www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm

Logan, Jessica et Rem sont capturés par James Borden, collectionneur d’armes anciennes, qui en a assez de chasser les animaux et s’attaque maintenant aux humains. Borden choisit Logan et Francis comme gibier ; il les libère et leur laisse une avance raisonnable puis commence à les chasser. Au plus fort de ce jeu mortel, Borden tue accidentellement sa femme, Irene. Doublement furieux, il est plus déterminé que jamais à tuer Logan et Francis… 

En coulisses : Horst Bucholz a démarré sa carrière en incarnant le jeune cowboy de la bande des « Sept mercenaires » aux côtés de Steve McQueen et Yul Brynner.Le réalisateur de cet épisode, Irving Moore, a tourné de nombreux épisodes des « Mystères de l’Ouest » dans les années 60 ainsi que d’autres séries western comme « Sur la piste des cheyennes » (voir aussi la critique sur ce blog). Notons que cet épisode s’inspire librement du film « Les chasses du Comte Zaroff » (The most dangerous game), film américain de 1932 mis en scène par les réalisateurs du « King Kong » de 1933. Un épisode de « L’incroyable Hulk » (avec Bill Bixby et Lou Ferrigno) reprendra cette trame quelques années plus tard. Vous avez dit variations sur le même thème ?


Episode 4 : « LA FILLE DU TEMPS »

(Titre original : “ The Innocent ”)

Scénario de D.C. Fontana et Ray Brenner. Histoire de Ray Brenner. Réalisé par Michael Preece. Diffusé aux USA le 10 octobre 1977.

 Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Lisa Eilbacher (Lisa), Brian Kerwin (Patrick), Lou Richards (Strong), Barney McFadden (Jeremy), …

Fuyant toujours Francis, Logan, Jessica et Rem trouvent refuge dans un étrange complexe rempli d’ordinateurs où ils font la connaissance de Lisa. Celle-ci a été élevée par des machines et vit avec deux robots. Elle ne tarde pas à tomber amoureuse de Logan et décide de se débarrasser de Jessica, considérée comme l’obstacle à son bonheur… 

 Note sur les coulisses : curieuse variation sur le thème du « Magicien d’Oz », via le robot servant de la jeune fille qui rappelle étrangement l’homme en fer de la comédie avec Judy Garland. Lisa Eilbacher  a joué les seconds rôles dans plusieurs films à succès des années 80 comme « Officier et gentleman » où elle était une amie de Richard Gere au camp d’entraînement militaire. On la revit ensuite aux côtés d’Eddie Murphy dans « Le flic de Beverly Hills ». Starlette qui n’a jamais vraiment percé au cinéma, elle retourna ensuite à la télévision pour incarner la patronne de Gary Cole dans « Jack Killian, l’homme au micro », excellente série dramatique (1988 – 1991). Les fans de la série « MacGyver », le sympathique boyscout bricoleur, auront reconnu le nom du réalisateur Michael Preece, derrière la caméra de nombreux épisodes de cette série très populaire de 1985 à 1992.


Episode 5 : « L’HOMME VENU D’AILLEURS »

(Titre original : “ Man Out of Time”)

Scénario de Noah Ward (David Gerrold). Réalisé par  Nicholas Colasanto. Diffusé aux USA le 17 octobre 1977.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Paul Shenar (David Eskins), Mel Ferrer (Analoga), Wookrow Chambliss (technician de laboratoire), Gene Tyburn (techicien ordinateur), Hank Brandt (Gold), Betty Bridges (Fontaine), …

Logan, Jessica et Rem arrivent dans les ruines d’un bâtiment qui autrefois devait être un laboratoire. Ils y rencontrent David Eskins, un savant d’il y a 200 ans qui s’est projeté au XXIVe siècle grâce à une machine à remonter le temps. Son voyage dans le temps a pour but de trouver une information pouvant empêcher la guerre qui va éclater dans son siècle. Un événement inattendu a lieu : ils apprennent que le bâtiment dans lequel l’ordinateur se trouve, est contrôlé par des gens isolés, primitifs. Le chef de cette étrange colonie retient prisonniers les intrus et il ne reste plus de temps à Eskins pour retourner dans son étrange machine…

Note sur les coulisses : Certainement un des meilleurs épisodes de la série rappelant le film de 1960 avec Rod Taylor : « La machine à explorer le temps », remaké en 2001 mais guère à la hauteur de l’original. Les effets spéciaux y sont de qualité et le rythme particulièrement bien mené. Très convaincant et charismatique, Paul Shenar a joué les méchants de service dans de nombreux épisodes de séries comme « Mannix », « Kojak », « L’homme invisible » (avec David McCallum), « Gemini Man », « Super Jaimie », « Wonder Woman », « Racines », … et même dans le film « Le Grand bleu » (France, 1988) de Luc Besson avant de mourir du Sida en 1989 à 53 ans. 

 

Episode 6 : “ LE BIEN ET LE MAL ”

(Titre original : “Halflife”)

Logan_snowcrestdotnet_half.JPG

Scénario de Shimon Wincelberg. Réalisé par Steven Stern.  Diffusé aux USA le 31 octobre 1977. Photo : http://www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), William Smith (Patron / Modock), Lem Birman (Positif 14 / Brawn), Kim Cattrall (Rama II), Jean Sorel (Rama 1), Betty Jinnette (la femme positive), John Gowans (ingénieur), …

Quand leur aéroglisseur est arête par quelques “proscrits”, Logan, Jessica et Rem sont provisoirement sauvés par des cavaliers appelés “Positifs” qui, bientôt, emprisonnent le tri dans leur tour de défense entourée d’une protection renforcée. Il se révèle que, grâce à une méthode scientifique appelée « traitement », chaque individu peut être transformé en une paire de jumeaux dont l’un est « positif » et l’autre, qui est le « négatif », devient un proscrit. Jessica est hypnotisée et placée dans la machine…

Note sur les coulisses : Intéressante variation sur le thème du double, déjà exploité dans un épisode de « Chapeau melon et bottes de cuir » (période Mme Peel – Diana Rigg). Les effets spéciaux font très kitsch avec leurs couleurs criardes. Néanmoins, l’épisode est bien mené, sans temps morts et divertit agréablement. Parmi le casting, retenons les noms de William Smith avec sa tête à l’indienne et ses gros muscles qui a joué de nombreux méchants dans des séries des années 70 comme « Les rues de San Francisco », « La Planète des singes », « L’homme qui valait trois milliards », … On se souvient surtout de lui pour avoir été l’infâme Falconetti de la minisérie « Le riche et le pauvre » (lire aussi la critique sur ce blog). On retrouve aussi dans cet épisode Kim Cattrall, encore jeune starlette et qui deviendra une star mondiale en 1998 en incarnant la nymphomane Samantha Jones dans la sitcom et les films « Sex and the city », aux côtés de Sarah Jessica Parker. 

Episode 7 : “ LA CRYPTE ”

(Titre original : “ The Crypt ”)

Logan_snowcrestdotnet_crypt2.JPG

Scénario de Harlan Ellison et Al Hayes. Réalisé par Michael Caffey.  Diffusé aux USA le 07 novembre 1977.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Christopher Stone (David Pera), Adrienne Larussa (Sylvia Reyna), Soon-Tek Oh (Dexter Kim), Peggy McCay (Dr. Mildred Krim), Ellen Weston (Rachel Greenhill), … Photo : http://www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm

En explorant une ville détruite par l’holocauste atomique, Logan, Jessica et Rem aperçoivent soudain une lumière rouge qui semble les inviter à pénétrer dans les décombres d’un bâtiment. Dès qu’ils entrent dans cet endroit, un écran de télévision s’allume, une voix s’élève et leur explique la situation. Sachant que leur ville allait être détruite, les gouvernants ont choisi six des citoyens les plus utiles et ils les ont mis dans des congélateurs cryogéniques afin qu’ils puissent être plus tard ramenés à la vie. Un sérum est là pour les tirer de leur état frigorifié. Les visiteurs sortent les six corps de leurs enveloppes protectrices. Mais avant que le sérum puisse leur être administré, une fiole tombe accidentellement et se brise. Il ne reste donc suffisamment de sérum que pour trois.… 

Note sur les coulisses : dans cet épisode, on retrouve le sympathique acteur Christopher Stone, blond moustachu et figure bien connue des séries des années 70 puisqu’il joua notamment dans « Les rues de San Francisco » « Chips », Super Jaimie », « L’île fantastique », « Agence tous risques », « L’homme qui tombe à pic », « Manimal », … et l’éphémère série « Pilotes » (« Spencer’s Pilots », une saison). Il joua aussi dans plusieurs films d’horreur connus comme « Hurlements » de Joe Dante en 1981 et « Cujo » (1983), film adapté du roman de Stephen King où un gros toutou terrorisait une petite communauté.

 

Episode 8 : “ LA LOI DE LA PEUR ”

(Titre original : “ Fear Factor »)

Scénario de John Sherlock. Réalisé par Gerald Mayer. Diffusé aux USA le 14 novembre 1977.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Ed Nelson (Docteur Rowan), Jared Martin (Docteur Paulson), William Welleman (psychiatre n°1), Peter Brandon (psychiatre n°2), Carl Byrd (psychiatre N°3), …

Partis à la recherche du sanctuaire, Logan, Jessica et Rem découvrent un complexe hospitalier étrange et sont immédiatement capturés par les savants qui le dirigent. Pendant leur internement, ils apprennent que les médecins cherchent à créer une race supérieure en enlevant de l’esprit de leurs « patients », la capacité d’éprouver des émotions. Ils pensent obtenir ainsi un groupe d’individus qui leur obéiront totalement…

Note sur les coulisses : Episode intéressant sur le phénomène des sectes où un manipulateur prend le contrôle de la communauté et impose sa loi à n’importe quel prix. Critique de la théorie du surhomme chère à Adolf Hitler, l’épisode mêle habilement action et questionnement sur le sens de la manipulation mentale. Avec un final très naïf mais néanmoins touchant. Parmi les rôles principaux, Ed Nelson a longtemps joué les méchants de service dans de nombreuses séries des années 60 à 90 comme « Le Fugitif », « Le nouvel homme invisible » (Gemini Man), « L’homme qui tombe à pic », « Matt Houston », « Dynastie », « Hôtel », « MacGyver », … Jared Martin s’est fait connaître du grand public en incarnant Dusty, l’amant de Sue Ellen, la femme alcoolique de JR Ewing dans « Dallas ».

 

Episode 9 : “ OPERATION JUDAS ”

(Titre original : “ Judas Goat ”)

Logan_snowcrestdotnet_judas.JPG

Scénario de John Meredyth Lucas.  Réalisé par Paul Krasny. Diffusé aux USA le 19 décembre 1977. Photo : www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Nicholas Hammond (Hal 14), Lance Legault (Matthew), Wright King (Jonathan), Spencer Milligan (Garth), Morgan Woodward (Morgan), …

Un système électronique enferme Logan, Jessica et Rem à l’intérieur de leur aéroglisseur, ainsi que leur passager, Hal 14, en réalité un limier de la Cité des Dômes, qui prétend être un fugitif comme Logan et rechercher le sanctuaire. Leurs ravisseurs les présentent à Matthew, leur pourvoyeur et l’homme qui satisfait tous leurs désirs et les récompense par la « joie ». Les prisonniers apprennent que la « joie » est une forme d’hypnose électronique qui maintient un individu dans un état extatique. C’est en dispensant la « joie » que le pourvoyeur garde le contrôle sur ses sujets. Logan, Jessica et Hal 14 ont bientôt la permission de quitter l’étrange colonie, ignorant que le pourvoyeur a l’intention de les détruire dès qu’ils auront atteint leur aéroglisseur… 

Note sur les coulisses : on retrouve plein de visages connus d’autres séries dans cet épisode : Nicholas Hammond qui fut un « Spiderman » en costume moulant ridicule dans l’éphémère série « Spiderman » de 1978 ; Lance Legault, bien connu pour avoir été le Colonel Decker, lancé à la poursuite de l’ « Agence tous risques » (1983)1987) et Wright King qui fut le coéquipier de Steve McQueen, le temps de quelques épisodes d’ « Au nom de la loi » (1958 – 61). Quant à Paul Krasny, il a réalisé de nombreux épisodes de séries très populaires des années 70 à 80 comme « L’homme qui valait trois milliards », « MacGyver », …

 

Episode 10 : “ REVES MORTELS ”

(Titre original : “ Futurepast ”)

Scénario de Katharyn Michaelian Powers & Al Hayes. Réalisé par Michael O’Herlihy. Diffusé aux USA le 02 janvier 1978.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Mariette Hartley (Ariana), Michael Sullivan (Clay), Joey Fontana (limier n°1), Ed Couppe (limier n°2), Janis Jamison (la femme), …

Après avoir échappé à Francis et à deux autres limiers, Logan, Jessica et Rem arrivent devant une petite construction à dôme blanc où ils sont accueillis par une très belle femme, Ariana. L’ambiance est reposante, agréable pour tous, excepté Rem qui émet des étincelles dès qu’Ariana s’approche de lui. Tous deux découvrent rapidement qu’ils sont des androïdes et que les étincelles émises par Rem sont des réactions amoureuses !  Cependant, Ariana est intéressée par l’analyse des rêves. Avant que Rem ne puisse l’en empêcher, elle applique des appareils à lire des rêves à Logan et à Jessica. Elle admet que l’analyse présente un grand danger, peut-être même un danger de mort et pour compliquer les choses, Francis arrive avec un limier avant que Rem n’ait pu dégager ses amis des appareils…

Note sur les coulisses : A croire que les scénaristes ont fumé de la marijuana en lisant Carl Gustav Jung pour écrire cet épisode ! La relation amoureuse entre Rem est Ariana relève l’ensemble plutôt moyen. Côté technique, le réalisateur de cet épisode, Michael O’Herlihy, a  travaillé sur de nombreux épisodes de séries très populaires dans les années 80 comme « Agence tous risques » et « Miami Vice » ainsi que sur la série western « Sur la piste des cheyennes » (lire aussi sur ce blog).

 

Episode 11 : “ LE CARROUSEL ”

(Titre original : “ Carousel ”)

Scénario de D.C. Fontana. Réalisé par Irving J. Moore. Diffusé aux USA le 16 janvier 1978.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Rosanne Katon (Diane), Ross Bickel (Michael), Wright King (Jonathon), Morgan Woodward (Morgan), Melody Anderson (Sheila), Regis J. Cordic (Darrel), Gary Swanson (Peter), …

Traversant le pays à la recherche du sanctuaire, Logan est atteint par une flèche qui efface tous ses souvenirs des événements de l’année écoulée. Il ne se rappelle même plus avoir fui la Cité des Dômes. Francis, le limier qui poursuivait Logan et Jessica, l’arrête et est surpris de le voir réagir comme lorsqu’ils faisaient équipe. Francis ramène Logan à la Cité des Dômes où ce dernier l’accompagne bien volontiers. Là, il est interrogé afin de déterminer s’il a réellement perdu la mémoire ou s’il est un simulateur. La situation devient dramatique. Jessica et Rem pénètrent dans la Cité des Dômes pour essayer de sauver Logan avant qu’il ne soit envoyé au Carrousel où la mort l’attend… 

Note sur les coulisses : excellent épisode sur le thème de l’amnésie et des souvenirs effacés. Les amateurs de films et de séries de science-fiction de la même époque auront reconnu Melody Anderson, future compagne de « Flash Gordon », nanard de luxe de 1980 chanté par le groupe Queen. En 1983, elle jouera la complice de Simon MacCorkindale dans « Manimal », une série qui ne dura qu’une poignée d’épisodes.


Episode 12 : “ OMBRES DANS LA NUIT ”

(Titre original : “ Night Visitors ”)

Scénario de Leonard Katzman. Réalisé par Paul Krasny. Episode inédit et jamais diffusé aux USA.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), George Maharis (Gavin), Barbara Babcock (Marianne), Paul Mantee (Barton), …

Les trois fugitifs de la Cité des Dômes sont accueillis dans une étrange maison que Rem, cherchant dans la banque de ses souvenirs, découvre être une maison hantée dont les hôtes sont des esprits… Des choses mystérieuses se passent dans la nuit. Entre autres, le retour de Gavin que Marianne et Barton attendaient depuis des années. Gavin, tout comme les autres, a le pouvoir d’apparaître et de disparaître à volonté ; Il décide que Jessica sera l’instrument lui permettant de faire revenir sa fiancée des limbes. Il éloigne Logan et Rem tandis que Marianne et Barton préparent Jessica pour le sacrifice…

Note sur les coulisses : un très bon épisode à l’ambiance sombre, limite terrifiante et qui n’a jamais été diffusé aux Etats-Unis, la série ayant été annulée. Dommage car il s’agit d’un hommage aux films d’horreur comme « La maison du diable » de Robert Wise et de vampires avec Christopher Lee. On a droit à toute la panoplie du genre : rites de sacrifice, esprits malveillants, passages secrets, cercueil, rideaux levés par une main invisible, … George Maharis a joué un boxeur arrogant et imbu de lui-même à qui Nick Nolte ne tardait pas à faire sa fête dans « Le riche et le pauvre », excellente minisérie (lire aussi sur ce blog). Barbara Babcock a joué un personnage régulier dans la série familiale et western « Docteur Quin, femme médecin » avec Jane Seymour.

 

Episode 13 : « LA VILLE DES SABLES »

(Titre original : « Turnabout »)

Scénario de Michael Michaelian & Al Hayes. Histoire de Michael Michaelian. Réalisé par Paul Krasny.

Episode inédit et jamais diffusé aux USA.

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Nehemiah Persoff (Asa), Gerald McRaney (Gera), Harry Rhodes (Samuel), John Furey (Philip), Anita Minotto (Aretha), …

 Des cavaliers du désert s’emparent de Logan et Rem. Conduits devant le chef, ils sont condamnés à mort, parce que la présence d’étrangers avait autrefois incité de la colonie à s’échapper. Francis et un autre limier, quant à eux, ne sont pas condamnés à mort parce qu’ils représentent la police, l’ordre. On leur promet de les laisser emporter les corps des victimes à la Cité des Dômes. Mais Francis décide de ramener Logan avant, pour en faire un exemple…

Note sur les coulisses : encore un épisode où le trio se retrouve confronté à une communauté isolée dirigée par un despote. Parmi les méchants de l’épisode, on aura reconnu Gerald McRaney devenu mondialement célèbre en incarnant Rick Simon, un des deux frères détectives privés de la série « Simon & Simon », très populaire dans les années 80. Nehemiah Persoff, acteur né en Palestine, a joué les vilains dans bon nombre d’épisodes de séries comme « Mission impossible », « Drôles de dames », »Vegas », « Hunter », « Quincy », « L’homme qui valait trois milliards », « Magnum », …

 

Episode 14 : “ INSTALLATION INTERSTELLAIRE ”

(Titre original : « Stargate »).

Logan_snowcrestdotnet_stargate.JPG

Scénario de Dennis O’Neil. Réalisé par Curtis Harrington.

Episode inédit et jamais diffusé aux USA. 

Avec Gregory Harrison (Logan), Heather Menzies (Jessica), Donald Moffat (Rem), Randy Powell (Francis), Eddie Firestone (Timon), Paul Carr (Morah), Darrell Ferry (Pata), Ian Tanza (Arcana), …

Photo : http://www.snowcrest.net/fox/logantv/index.htm

Logan, Jessica et Rem trouvent un inconnu qui tremble de froid par une journée relativement chaude. Quand ils le conduisent à la demeure où il habite, ils sont reçus par quatre hommes, tous très chaudement vêtus et portant des moufles, bien que le bâtiment semble surchauffé. Logan et Jessica sont alors drogués pour les rendre dociles et Rem est emmené dans une autre section du bâtiment où on lui enlève certaines parties électroniques. Il apparaît que ces gens, qui ne peuvent supporter des températures peu élevées, viennent d’une autre planète, beaucoup plus chaude que la Terre. Leur vaisseau spatial a un problème mécanique et les parties enlevées à Rem doivent servir à contacter leurs congénères dans l’espace extérieur…


Note sur les coulisses : curieux épisode, très kitsch avec les tenues aluminium de ces étranges aliens. Scénario assez farfelu pour un épisode peu rythmé et limite ridicule. Dommage. On aurait préféré une conclusion digne de la série où Logan et Jessica auraient trouvé le sanctuaire.

FIN

19:45 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/01/2011

"SUR LA PISTE DES CHEYENNES", beau western humaniste des seventies…

Cheyennes - a-suivre org - 210.jpg

Photo : copyright www.a-suivre.org

USA – 1976 / 1977 (1 saison de 15 épisodes). Série western créée par Tracy Keenan Wynn. Avec Kurt Russell (Morgan Baudine – « Deux personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine). Première diffusion en France le 16/09/1977. Diffusé en 1978 et 1980 sur Antenne 2. Aucune édition en DVD, hormis le double épisode « The Longest Drive » (en zone 1, USA, uniquement).  

SCENARIO : En 1880, une famille de pionniers a été attaquée par des Indiens. Les parents ont été massacrés et deux des trois enfants, Morgan et sa petite sœur, ont été enlevés. Quentin, le fils aîné, se trouvait dans l’Est au moment de ces événements. Ses études de médecine terminée, il décide de partir à la recherche de son frère et de sa sœur. Il retrouve d’abord Morgan qui a été enlevé par des Indiens et libéré ensuite par l’armée. Ensemble, de ville en ville, ils vont sur la piste des Cheyennes, chercher leur sœur…

 

1) Voir le générique de la série (version française) sur « youtube » :  GENERIQUE VERSION FRANCAISE

 

2) Voir le générique original en anglais, toujours sur « You tube », pour la comparaison « VO / VF »

 

3) Hommage à Richard Shores, le compositeur de la musique marquante et prenante de « Sur la piste des cheyennes » - Extrait de la musique de fin d’un épisode sur « You tube »


COMMENTAIRE : Oh là là mais avec quoi il vient avec ses vieux trucs d’il y a près de 40 ans ? Eh oui, nostalgie quand tu nous tiens. Je me souviens de « Sur la piste des Cheyennes », western vraiment pas comme les autres. De très bons souvenirs même si je n’ai pu voir qu’une poignée d’épisodes de cette série qui n’a pas marché aux USA (une quinzaine d’épisodes seulement). Un programme de qualité malheureusement oublié aujourd’hui et où les frères Baudine ne retrouveront pas leur sœur puisqu’aucune conclusion n’a été tournée.

Alors, où est l’intérêt, me direz-vous ? Après « Les Mystères de l’Ouest » et ses gadgets annonçant MacGyver, « Sur la piste des cheyennes », c’était la porte ouverte vers l’aventure, traitée sur un ton plus réaliste.  « The quest » (titre orignal du feuilleton en américain et qui signifie litt. : La quête) suit les aventures des deux frères Baudine qui cherchent leur sœur encore aux mains des Indiens, du « Nord au Sud, des Rocheuses aux grandes plaines » comme évoqué dans le générique. C’était un Intelligent mélange du « Fugitif » et du western de John Ford « La prisonnière du désert » (1956  avec John Wayne et Natalie Wood). Comme le Dr. Richard Kimble du « Fugitif », les frères rencontraient au passage des personnes en difficultés, leur venaient en aide et une fois la situation rétablie, reprenaient la route à la recherche de leur sœur.

Ce qu’il y avait de marquant et d’étonnant dans cette série de l’époque, c’est qu’elle affichait un humanisme simple mais attachant et prônait une tolérance et une ouverture vers les autres cultures. En effet, Morgan (Kurt Russell, encore tout jeune et teint en blond) avait été enlevé par les Cheyennes mais ne leur vouait aucune haine particulière, ayant beaucoup appris au cours de ces années de détention forcée (savoir pister des cavaliers, se battre à l’indienne, utiliser les ressources naturelles afin de survivre dans un milieu hostile lors de leurs haltes forcées, …). Malgré sa libération par l’armée, il continuait à s’habiller avec un costume indien, en peau beige et avec des floches. Original de voir un blanc dans pareille tenue à la télé de l’époque !

Starframers_QUEST_41vrBLasSzL._AA300_.jpg

Lors d’un épisode, les deux frères essayaient de réconcilier deux familles rivales, faisant tout pour éviter un bain de sang qui ne pourrait qu’engendrer vengeance et malheur de génération en génération. Dans un genre plus philosophique et se servant de l’Ouest sauvage comme toile de fond, « Kung Fu », tourné à la même période, exploitait aussi cette idée d’aider les autres tout en poursuivant son but personnel. En quelque sorte, « Sur la piste des cheyennes » représente une sorte de rejeton de « Kung Fu », digne successeur de Kwai Chang Caine.


 

Photo : copyright : starframers

Bref, plutôt que la haine, la violence et le combat ; les frères essayaient de rassembler les personnes, malgré les différences de culture et de mode de vie. L’épisode 14 (« Les indiens séminoles ») le montre bien lorsque les frères, apportant leur aide à des éclaireurs indiens séminoles, se heurtent à une ville raciste et hostile. Pour ouvrir les mentalités et dépasser les préjugés, les Baudine vont jusqu’à risquer leur vie. Beau message qui fait que la série se démarque nettement de la production western de l’époque, nettement plus basique (bons, méchants, la loi et l’ordre, panpan et tutti quanti).

En coulisses, la production engagea plusieurs acteurs d’origine indienne, affichant une volonté de véracité par rapport à la réalité historique. Hors de question de faire jouer des blancs peinturlurés en brun comme Rock Hudson ou Burt Lancaster dans des westerns des années 50. Autre fait notable, dans les épisodes, ce sont souvent les blancs qui sont montrés comme des salauds, il n’y a qu’à voir « Le dernier trappeur », « Chasseurs de buffles » ou « Expédition secours » pour s’en convaincre. Une manière de traiter l’histoire de la Conquête de l’Ouest sans doute plus proche de la réalité que des sempiternels clichés hollywoodiens.

Ensuite, le fait de partir sur les routes de l’Ouest sauvage donnait un souffle épique à la série, évoquant comment pouvait être la vie à cette époque, à la fois sauvage et enrichissante de par le contact avec la nature et les rencontres de passage.

Sans doute est-ce pour ces raisons que la série n’a pas marché auprès des Américains, plus habitués à des séries formatées et standardisées. Il est vrai que le genre « western » était plutôt moribond à cette période : au cinéma, on avait droit à des films de John Wayne, devenu une caricature de lui-même, au scénario vulgaire et pataud, à l’image de son interprète.

A la télé américaine du milieu des années 70, le genre dominant  était évidemment le policier (Kojak, Starsky & Hutch, Les rues de San Francisco, Cannon, …) et la mode annonçait les détectives privés des années 80 (Vegas, Magnum, Mike Hammer, …), inaugurée par Jim Rockford dans « 200 dollars plus les frais (« The Rockford Files ») avec James Garner. Dans ce créneau très prisé par le public, difficile de se faire une place dans un genre tombé en désuétude. Trois ans après la fin de « Sur la piste des Cheyennes », on peut encore évoquer « Colorado » (Centennial, 1979) narrant les aventures des pionniers qui construisirent les Etats-Unis d’Amérique. Casting prestigieux (Robert Conrad, Raymond Burr, David Janssen) pour une minisérie de qualité sortie en dvd en 2008.

Un regret : que font les éditeurs de dvd ? Toutes ces bonnes séries des années 70 - qui ont émerveillé et développé l’imagination des gosses que nous étions - ne sont toujours pas disponibles à ce jour : quand seront éditées « L’homme de l’Atlantide », « L’homme invisible », « Le magicien » (avec Bill Bixby), « L’âge de cristal », … ? Toutes des séries annulées au terme de 13, voire maximum 20 épisodes, certainement trop avant-gardistes pour l’époque même si cultes et quelque peu kitsch aujourd’hui. Mais bien réalisées, montées et à la musique marquante. Ne boudons pas notre plaisir.

Pour conclure, soulignons aussi le fait que « Sur la piste des Cheyennes », c’était l’occasion de découvrir une future star de cinéma :

Kurt Russell avait démarré sa carrière comme enfant acteur pour les productions Disney et avait joué dans quantité de séries dont… « Le Fugitif » où, à 12 ans, il incarnait le fils de Philip Gerard, le policier implacable lancé aux trousses du Dr. Kimble. Dès 1979, il réussit le passage de star TV au cinéma en incarnant le cynique Snake Plissken dans « New York 1997 », film d’anticipation très réussi du maître de l’horreur de l’époque, John Carpenter. Un réalisateur qu’il retrouvera à plusieurs reprises : « La chose » (1982), « Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin » (1986), « Los Angeles 2012 » (1998), la suite moins réussie des aventures de Snake. Kurt Russell a également joué dans de bons films d’action comme « Backdraft (1991), « Point de rupture » (Breakdown, 1996), « Ultime décision » (Critical decision, 1997). En 1993, il a fait un retour au western dans « Tombstone », nouvelle version de « Règlements de comptes à OK Corral » où il campait Wyatt Earp. Et dans quelques films de science-fiction pas inoubliables comme « Stargate » et « Soldier ». Dernièrement, on a pu le voir dans le pas terrible « Boulevard de la mort » (2008) de Quentin Tarantino. Un des rares acteurs à avoir réussi le passage de la télé au ciné avec Michael Douglas, Clint Eastwood et Steve McQueen.

QUEST1_mptvimages_0001.jpg

A ses côtés, Tim Matheson (Quentin, jeune médecin) a réalisé une belle carrière télé, travaillant sur de nombreux téléfilms et séries. Parmi les plus remarquables, citons « West wing » (A la maison blanche ») où il incarnait le Vice-président John Hoynes. Depuis, il travaille essentiellement comme réalisateur, notamment sur « FBI portés disparus », série annulée en 2008.

Photo : copyright mptvimages.com

 

Si vous aimez vous amuser à reconnaître les acteurs dans leurs premiers rôles, vous pouvez apercevoir Tim Matheson en jeune motard de la police de San Francisco dans « Magnum force », le deuxième film des aventures de l’Inspecteur Harry avec Clint Eastwood, tourné en 1973. A ses côtés, deux autres futures stars de la télé des années 70 : David Soul, le blond de « Starsky & Hutch » et Robert Urich, le détective privé Dan Tanna de la série « Vegas » de 1978.

En attendant une hypothétique sortie en dvd, voici les résumés de l’entièreté des épisodes de « Sur la piste des cheyennes », patiemment collectés dans l’hebdomadaire « Télé star » de 1979 et retrouvés dans mes archives.


SUR LA PISTE DES CHEYENNES – LISTE DES EPISODES

N.B. dans la version originale, le nom des frères s’écrit “Beaudine” alors que dans la version française, le « e » disparaît pour devenir « Baudine ». Allez comprendre les subtilités… Les résumés des épisodes 1, 3 et 4 ont été difficiles à retrouver et à recouper. Si des erreurs se sont glissées, n’hésitez pas à m’en faire part.

 

PILOTE : “ SUR LA PISTE DES CHEYENNES ”

(Titre original : « The Quest »)

QUEST3_mptvimages_0005.jpg

Photo : copyright mptvimages.com

Téléfilm américain diffusé le 26 février 1977 sur Antenne 2. Scénario de Tracy Keenan Wynn. Réalisé par Lee H. Katzin. Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Brian Keith (Tank Logan), Neville Brand (Shaio), Cameron Mitchell (Peltzer), Keenan Wynn (Small), Will Hutchins (Earl), John Anderson (le colonel), Morgan Woodward (Moses), Art Lund (Blanchard), Gregory Walcott (Blacksmith : forgeron) Iron Eyes Cody (le vieil indien), Irene Yah-Ling Sun (China), …

L’HISTOIRE : Deux jeunes garçons partent à la recherche de leur soeur capture par les Cheyennes. Quentin Baudine vient de retrouver son frère Morgan capturé par les Cheyennes quatre ans plus tôt. Leur chariot avait été attaqué et leur famille anéantie. Les Indiens ont élevé Morgan qu’ils ont surnommé « Deux Personnes ». Les deux frères n’ont qu’un seul but : retrouver leur sœur, Patricia, qui fut aussi capturée et qui doit se trouver quelque part, dans les montagnes, dans une tribu cheyenne. En chemin, ils rencontrent Tank Logan avec qui ils se lient d’amitié. Il s’agit d’un tireur expert, ancien fermier, mais dont la tête est mise à prix. Tank Logan décide de les accompagner. Très rapidement, « Deux Personnes » rencontre Shaio qui a assassiné sa jeune fiancée cheyenne…

Note sur les coulisses : dans cet épisode, on retrouve plusieurs acteurs bien connus des spectateurs de séries western comme Cameron Mitchell (« Le grand chaparral »), Neville Brand (« Laredo ») et Morgan Woodward (« Dallas », sorte de western pétrolier en somme…) ainsi que l’inoubliable Brian Keith, le juge Milton Hardcastle de la série « Le juge et le pilote » (Hardcastle & McCormick – 1983 à 86).


Episode 1 : « LA CAPTIVE »

(Titre original : « The Captive »)

Scénario de Mark Rodgers. Réalisé par Barry Shear.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Christopher Connelly (Callendar), Susan Dey (Charlotte Ross), Richard Egan (le capitaine Wilson), …

Partis à la recherche de leur sœur disparue, les frères Quentin et Morgan Baudine se joignent à un raid de l’armée sur un campement cheyenne. A la place de leur sœur, les deux hommes trouvent une jeune blanche, Charlotte Ross, capturée quelques années plus tôt lors d’une attaque de train et veuve d’un Indien. Pendant que les militaires combattent les Cheyennes, les Baudine s’enfuient avec Charlotte et son fils, Petit Aigle…

 

Episode 2 : “ CHASSEURS DE BUFFLES ”

(Titre original : « The Buffalo Hunters »)

Scénario de Paul Savage. Réalisé par Earl Bellamy.

QUEST5_mptvimages_0007.jpg

Photo : copyright mptvimages.com

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Linda Moon Redfearn (Montaheva), Alex Cord (Mc Whorley), Rayford Barnes (Timmons), John Quade (Neeley), Lee Jones de Broux (Colton), Ray Young (Meeker).

Les frères Baudine rencontrent deux chasseurs de buffles, McWhorley et Timmons, qui tiennent en captivité une Cheyenne, Montaheva. Quentin s’insurge contre le mauvais traitement infligé à la jeune femme. Dans la nuit, les chasseurs volent les chevaux des Baudine. A la poursuite des voleurs, les frères Baudine entrent en conflit avec trois hommes au service de McWhorley, qui massacrent un troupeau de buffles…

 

Episode 3 : « LE CAPITAINE SHANKLIN »

(Titre original : “Shanklin”)

Scénario de Charles McDaniel. Réalisé par  Corey Allen.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Don Meredith (Shanklin), Ned Romero (Salcedo), John Anderson (Harper), Armando Silvestre (Medina), …

Les frères Baudine soignent un homme recherché par les Texas Rangers. Ils sont arrêtés par le capitaine Shanklin...

Merci au site internet : http://programme-tv.linternaute.com pour le scénario de cet épisode, non inclus dans mes archives. 

 

Episode 4 : Pas de titre français.

 (Titre original : “ DAY OF OUTRAGE ”)

Episode inédit en Europe.

Scénario de Frank Telford. Réalisé par  Bernard McEveety.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Amanda Blake (Miss Sally), George Gaynes (Gotham), James Keach (Blue), Pamela Sue Martin (Ginger), Mills Watson (Buck), Severn Darden (Circuit Preacher), Steve Kanaly (Turk), …

Pris dans une tempête, Quentin et Morgan recherchent un endroit pour se mettre à l'abri. Ils trouvent un ranch tenu par une femme au fort tempérament...

Merci au site internet : http://programme-tv.linternaute.com pour le scénario de cet épisode, non inclus dans mes archives.

Note sur les coulisses : on y retrouve George Gaines, bien connu pour son rôle du Commandant Eric Lassard dans la série des comédies « Police Academy », Pamela Sue Martin (Fallon Carrington dans « Dynastie »), Steve Kanaly (Ray Krebbs dans « Dallas ») et James Keach qui est le frère à la ville de Stacy Keach (Mike Hammer) et le mari de Jane Seymour (Docteur Quin, femme médecin).

 

Episode 5 : " VILLE OUVERTE "

(Titre original : “Seventy-Two Hours”)

Scénario d’Anthony Laurence. Réalisé par Alf Kjellin. Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Cameron Mitchell (Jim Horne), Maria-Elena Cordero (Sweet Woman), Mitch Vogel (Jesse), Aldo Ray (Chippy), Howard Keel (Shanghaï Pierce), Jacques Aubuchon (le maire).

A leur arrivée dans la petite ville de Roperite, Quentin et Morgan Baudine sont invites à dîner par le chef de la police Jim Horne, marié à une Cheyenne, Sweet Woman. Prévoyant une explosion de violence lorsque des cowboys arrivent en ville,, Horne propose à Quentin une place de médecin et à Morgan, d’en faire son propre adjoint. Morgan, qui a trouvé un autre emploi, refuse cette offre…

 

Episode 6 : " UNE FEMME DE LA PRAIRIE "

 (Titre original : “Prairie Woman”)

Scénario de Earl W. Wallace. Réalisé par Bernard McEveety.  

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Ty Hardin (Tom Kurd), Laraine Stephens (Seba Alcott), Jim Davis (Pullman), Tom Reese (Elkhorn), Michael Bell (Dub Bailey), Paul Brinegar (Bailey).

Quentin et Morgan Baudine interrogent un prisonnier, Tom Kurd et son complice, Yoder. Les deux hommes ont vu, chez le chef cheyenne Iron Hawk, une jeune femme blanche, dont la description ressemble à celle des Baudine. Mais Kurd s’enfuit de sa cellule, ce qui complique singulièrement la tâche des deux frères qui comptaient sur son aide…

Note sur les coulisses : dans cet épisode, les spectateurs physionomistes auront reconnu Jim Davis, acteur devenu mondialement célèbre deux ans plus tard grâce à « Dallas » où il incarnait le patriarche Jock Ewing, père de JR et Bobby.

 

Episode 7 : “ LES FILS DU CIEL ”

 (Titre original : “Welcome to America, Jade Snow”)

Scénario d’Anthony Lawrence. Réalisé par Bernard McEveety.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Gary Collins (Shérif Bradley), Jerry Douglas (Jensen), Irene Yah-Ling Su (China), Frank Michael Liu (Jim Fo), Frank Aletter (Pierson), George Lazenby (Sydney Duck).

Quentin et Morgan Baudine, partis à la recherche de leur sœur, arrivent dans le Wyoming au moment où vient d’éclater une grève de mineurs. Ceux-ci manifestent leur mécontentement devant l’attitude de travailleurs Chinois qui risquent de briser leur mouvement. Des bagarres violentes éclatent entre les Chinois et les mineurs qui sont animés apr la haine et les préjugés raciaux…

Note sur les coulisses : deux acteurs bien connus du public ont joué dans cet épisode : Gary Collins, star télé de « Vivre libre » (Born Free, 1974) et du « Sixième sens » (The Sixth sense, 1972) et George Lazenby qui n’aura interprété l’espion britannique James Bond que dans un seul film « Au service secret de sa majesté » (1969), aux côtés de Diana Rigg et Telly Savalas. 

 

Episodes 8 et 9 : “ TERRES BRULEES ” (PARTIES 1 & 2)

(Titre original : “The Longest Drive, Part 1” - “The Longest Drive, Part 2”)

QUEST 6_imdb.jpg

Photo : copyright www.imdb.com

Scénario de Katharyn Powers et Michael Michaelian. Histoire de Tracy Keenan Wynn. Réalisé par Bernard McEveety.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Dan O’Herlihy (Hatcher), John Rubinstein (Wakely), Keenan Wynn (Cooler), Woody Strode (Tucker), Erik Estrada (Santos), …

1ère partie : Les frères Baudine rendent service à leur vieil ami Hatcher en organisant une migration de bétail…

2ème partie : Morgan Baudine réussit à déjouer une embuscade indienne et le bétail d’Hatcher poursuit sa migration…

Note sur les coulisses : ce double épisode existe à la vente en dvd, en zone 1 (USA), sous son titre original : « The Longest Drive ». Dans un second rôle de ces épisodes, on retrouve Erik Estrada qui deviendra, en 1977, le célèbre « Ponch » de la série de motards policiers de Californie « CHIPS ». En 1979, Dan O’Herlihy jouera le patron de Robert Conrad dans l’éphémère série d’action et d’espionnage “Sloane, agent spécial”. Le réalisateur Bernard McEveety a travaillé sur de nombreuses séries populaires des années 80 comme « Magnum », « L’homme qui tombe à pic », « Agence tous risques », « L’incroyable Hulk », « Supercopter », « K2000 », …

 

Episode 10 : “ UN TIREUR TROP DOUE ”

(Titre original : “Portrait of a Gunfighter”)

Scénario de Ron Bishop. Réalisé par Jerry London.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Andrew Stevens (Minter), John Ireland (Jack Bell), Frank Marth (Shérif Coe), Robert Phillips (Slavens), Arthur Franz (Charles Minter), June Whitley (Tay (Mother Minter).

Toujours à la recherche de leur soeur, Morgan et Quentin Baudine rencontrent chemin faisant un jeune garçon de seize ans dont les parents viennent d’être tués par des chasseurs de coyotes. Ils l’emmènent avec eux à la ville, le prenant sous leur protection.

Note sur les coulisses : Frank Marth a joué des flics et des extraterrestres inquiétants dans plusieurs séries de Quinn Martin comme « Le Fugitif » et « Les Envahisseurs ». Jerry London a réalisé énormément d’épisodes de séries bien connues dans les années 60 comme « Hawai police d’état », « Kojak », « L’homme qui valait trois milliards », « Super Jaimie », « Baretta », … et la minisérie « Shogun » avec Richard Chamberlain.

 

Episode 11 : “ EXPEDITION SECOURS ”

(Titre original : “The Freight Train Rescue”)

Scénario de Sean Baine. Réalisé par Michael O’Herlihy.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Monte Markham (Story), John Cedar (Sawyer), Albert Able (Collins), Alan Fudge (Butler), FrediOlster (Martah), George Shannon (Charles), Jack Hogan (McGraff), Eddie Hice (Driscol).

Les frères Baudine se joignent à une colonne de secours qui récupérer une expedition officielle attaquée par une bande de pilalrds menée par Billy McGraff. Il leur faudra quarante jours pour atteindre ces hommes isolés, sans vivres ni minutions, en pleine prairie. Pendant ce temps, un homme du groupe, Sawyer, essaie de maintenir le moral des survivants. Lorsqu’un des hommes meurt, le groupe se scinde en deux. Pour survivre, Butler et Collins deviennent cannibales…

Note sur les coulisses : les fans de séries de science-fiction de la même époque auront reconnu Monte Markham, le vilain Barney Miller, adversaire bionique de Steve Austin dans « L’homme qui valait trois milliards » (1975) et Alan Fudge qui incarna C.W. Crawford, le patron de Mark Harris dans « L’homme de l’Atlantide »(1977). Quant au réalisateur de cet épisode, Michael O’Herlihy, il a ensuite travaillé sur de nombreux épisodes de séries très populaires dans les années 80 comme « Agence tous risques » et « Miami Vice ».


Episode 12 : “ LE DERNIER TRAPPEUR ”

(Titre original : “The Last of the Mountain Men”)

Scénario de Judy Burnes. Réalisé par Barry Crane.

QUEST2_mptvimages_0793.jpg

Photo : copyright mptvimages.com

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Leif Ericson (nom du personnage inconnu), Pernell Roberts (nom du personnage inconnu), Ed Griffith (Luke), John Mitchum (Pirate), Chuck Hicks (Pouley), Arvid Malnaa (homme des montagnes), …

Les frères Baudine ont rendez-vous avec Jerrico Franklin au lieu de rassemblement des trappeurs. John Calder et sa bande de pillards font irruption, volent toutes les peaux de castor et violent une jeune fille. Les Baudine se battent et Quentin est blessé…

Note sur les coulisses : encore un épisode avec deux acteurs devenus célèbres dans des séries western : Leif Ericson (le patriarche Big John Cannon dans « Le grand chaparral » (1967-71) et Pernell Roberts (Adam Cartwright dans « Bonanza », 1959 à 65 avec lui puisqu’il quitta ensuite cette série fleuve qui dura 14 ans, jusqu’en 1973). Le réalisateur Barry Crane a travaillé sur de nombreux épisodes de « Mannix » et « Mission impossible » dans les années 60 et sur le pilote du « Magicien » avec Bill Bixby (1973).

 

Episode 13 : « LA GUERRE DES CLANS »

(Titre original : “Dynasty of Evil”)

Scénario de William Putman. Réalisé par Bernard McEveety.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Ivy Bethune (Mae Jordan), Howard Duff (Matt), David Ladd (Clay), Joan Prather (Jenny), Robert J. Wilke (Asa Jordan).

Quentin et Morgan Baudine sont témoins d’une attaque de fermiers contre un magnat du bétail, Matt Deshaut. Ce genre d’agression n’est qu’un incident supplémentaire dans la guerre que se livrent les Deshaut et les colons…

Note sur les coulisses : Howard Duff, acteur de second plan des années 50, a incarné le mémorable salaud Shérif Titus Semple dans l’éphémère « Flamingo road » (1980 – 82), soap lancé dans la foulée de « Dallas » et « Dynastie » mais qui ne rencontra pas le succès au contraire de ses aînées. Irving Moore, le réalisateur, a tourné de nombreux épisodes des « Mystères de l’Ouest » dans les années 60. 

 

Episode 14 : “ LES SEMINOLES NOIRS ”

(Titre original : “The Seminole Negro Indian Scouts”)

Scénario de Dick Nelson. Réalisé par Irving Moore.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Baudine), Stack Pierce (sergent Ward), Bill Williams (shérif), Henry Brown (Pompey), Ted Gehring (Major Spruance), Kurt Grayson (lieutenant Bullis), Bill Overton (Isaac Payne), Harold Miller (Adam Hayes ), …

Les frères Baudine sont témoins de l’étroitesse d’esprit et de l’injustice dont est victime un groupe de soldats noirs dans une ville blanche. Quentin et Morgan aident des éclaireurs Indiens séminoles à rechercher un commanchero responsable de la mort de l’un d’entre eux. Ils se heurtent ainsi à la population de toute une ville qui, par racisme, va jusqu’à refuser de soigner un homme très grièvement blessé. Ils sont obligés de fuir vers le Mexique mais sont arrêtés par l’armée. La ville entière se ligue contre eux et ils ne savent plus où aller pour se protéger de la colère qui monte…

Note sur les coulisses : Irving Moore, le réalisateur, a tourné de nombreux épisodes des « Mystères de l’Ouest » dans les années 60.

 

Episode 15 : “ LA TAVERNE DE DRUCKER ”

(Titre original : “Incident at Drucker’s Tavern »)

Scénario de Frank Telford. Réalisé par Bernard McEveety.

Avec Kurt Russell (Morgan Baudine alias « Deux Personnes »), Tim Matheson (Quentin Beaudine), Julie Cobb (Lucy), Morgan Woodward (Walker), Robert Donner (Drucker), Gina Alvarado (Juanita), Don Fenwick (Jed).

Chalk et Lucy Braxton se sont arrêtés à la taverne  de Drucker, tout comme les frères Baudine. Chalk, un joueur élégant, a tué un homme au cours d’une partie de cartes. Il était en état de légitime défense. Mais Simon Walker, le père de la victime, a juré de venger son fils. Les frères Baudine vont aider le meurtrier et lui donnent rendez-vous à la taverne de Drucker…

 QUEST4_mptvimages_0006.jpgPhoto : copyright mptvimages.com

 

14:23 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |