25/11/2012

« AWAKE » : où se situe le réel ?

USA - 2012. Série créée par Kyle Killen. Saison 1 (13 épisodes en couleurs), annulée au terme de sa 1ère saison. Pas d’édition dvd disponible en dvd en 2012.

Avec Jason Isaacs (Michael Britten), Steve Harris (Detective Isaiah “Bird” Freeman), Laura Allen (Hannah Britten), Dylan Minnette (Rex Britten), B.D. Wong (Dr. John Lee), Cherry Jones (Dr. Judith Evans), Wilmer Valderrama (Detective Efrem Vega), Laura Innes (Capitaine Tricia Harper), Michaela McManus (Tara), Daniela Bobadilla (Emma), …

Diffusé en 2012 sur BE TV (ex-Canal + Belgique) de septembre à novembre 2012.    

Awake

Photo : Copyright : www.imdb.com - NBC

Regarder une bande-annonce de la saison 1 de « AWAKE » sur youtube

SCENARIO : Michael Britten est policier à la Brigade criminelle de Los Angeles. Un jour, sa vie bascule lorsqu’il a un grave accident de voiture avec sa femme Hannah et Rex, leur fils adolescent. Mais un phénomène étrange se produit : lorsqu’il se réveille, il se retrouve dans une réalité où sa femme n’est pas décédée alors que son fils est mort.

Tandis que dans une seconde réalité, il se réveille veuf et seul avec son fils, bien en vie. Pour ne rien arranger, il a deux coéquipiers différents dans chaque « monde » : Vega dans le monde avec sa femme et Freeman dans le monde avec son fils.

Et il est également suivi par deux psys, le Dr. Lee et le Dr. Evans. Autre fait étrange, quand il trouve un indice dans un monde, cela lui permet de résoudre une affaire criminelle dans l’autre monde… Mais est-ce la réalité ? Michael a-t-il inventé une vie alternative afin de supporter l’insupportable ? Laquelle est la vraie ? Et surtout, est-il devenu fou ?

AVIS : voilà une série résolument originale. « Awake » (littéralement :  en éveil) nous propose un curieux cocktail de policier, de fantastique et de drame ; mâtiné de séances chez le psy et d’hallucinations. Le créateur de la série, Kyle Killen, nous avait déjà offert une incursion psychologique avec l’étrange « Complexe du castor » (The Beaver, 2011), réalisé par Jodie Foster et où Mel Gibson, homme d’affaires dépressif, retrouve un sens à sa vie en s’adressant à une marionnette en castor qu’il fait vivre au bout de sa main. Un rôle déjanté dans un film curieux et déroutant que j’ai trouvé excellent quoique déprimant.

Ici, le personnage de Michael Britten n’est certes pas aussi frappadingue mais s’accommode tant bien que mal de ce dédoublement d’univers qu’il n’a pas demandé mais qui, au fond, lui amène une certaine stabilité. En effet, la série nous interroge en substance : qui pourrait garder la raison quand toute sa famille a été décimée dans un horrible accident ? Retrouver les êtres qu’on aime et qu’on a perdu, même dans une réalité alternative, fait certainement partie des rêves les plus fous de plusieurs d’entre nous.

A cet égard, « Awake » nous offre de très beaux moments humains, à la fois chaleureux et sensibles ; notamment lorsque la série aborde l’amour d’un père pour son fils : Michael est là pour Rex, il le soutient, il l’aime et le lui dit. Ne pas perdre une minute pour se dire qu’on s’aime puisque dans un instant, on peut être fauché par le destin de façon tragique. Quand Michael découvre qu’Emma, la petite amie de son fils, se retrouve enceinte alors que le jeune homme a disparu brutalement ; il est bouleversé et décide de s’occuper de la jeune fille comme si elle était son propre enfant. Emouvant.

A côté de cet univers familial dédoublé, Britten vit aussi une vie de flic en parallèle où un indice qu’il découvre dans un monde trouve sa conclusion dans un autre monde. Curieux. Evidemment, ses coéquipiers se posent des questions : comment fait-il pour savoir ça ? D’où vient cet instinct ? Est-il impliqué dans un trafic et cherche-t-il à couvrir ses traces ? La résolution des affaires policières prend une tournure souvent imprévisible. Ce qui donne l’impression qu’il faut se laisser guider par « Awake », un peu à l’aveugle comme dans un rêve et ne pas tenter de prévoir ce qui arrivera puisque, de toute façon, on aura tout faux.

La série s’interroge aussi sur la santé mentale de Michael Britten qui, dans un épisode, voit…des pingouins. Le pourquoi de ces visions sera expliqué dans un final assez inattendu. Le flic est suivi par deux psys, chacun dans leur « monde » qui lui disent d’ailleurs : « Mais ce que vous vivez est bien réel puisque vous êtes ici avec moi. » Au spectateur de s’y retrouver. Saurez-vous relever le défi ?

Si la série démarre un peu à la façon d’un épisode d’ « En analyse » (In treatment, 2008 - 2011, excellente série HBO avec Gabriel Byrne), elle se démarque assez vite des séances sur canapé pour laisser place à l’action. Le public américain n’est sans doute pas friand du genre « psy » et on sent que la série a basculé, en cours de route, pour passer rapidement vers des intrigues policières qui laissent de côté l’aspect introspectif pour y revenir plus tard, assez brièvement et en filigrane. Dommage. Côté « rêve », on retiendra d’ailleurs la musique de Reinhold Heil et Johnny Klimek, parfaitement dans le ton de l’ambiance brumeuse dégagée par la série.

Bref, « Awake » se révèle déroutante et toujours intrigante ; un curieux mélange de psychologique et de policier, parfois maladroit mais souvent original et captivant. Hélas, la sauce n’a pas pris et au terme de sa première saison, la NBC, qui diffuse la série aux Etats-Unis, n’a pas voulu renouveler l’aventure. Il n’y a donc que 13 petits épisodes à se mettre sous la rétine et puis c’est tout. Une série bientôt culte, soyez-en certains. En tous cas, c’est tout le bien qu’on lui souhaite.

CASTING :

Dans le rôle de Michael Britten, l’acteur anglais Jason Isaacs, connu pour le rôle du méchant Lucius Malfoy dans « Harry Potter et l’Ordre du Phénix » (2007) ainsi que la série de gangsters « Brotherhood » (2006 - 2008), porte entièrement la série « Awake » sur ses épaules et y est vraiment excellent. Comme Hugh Laurie dans « Docteur House », il a cette capacité de pouvoir incarner un large panel d’émotions et d’arriver à masquer son accent anglais afin de passer pour un parfait américain. Un grand.

A ses côtés, on retrouve quelques figures bien connues du petit écran et qui ont marqué de leur talent plusieurs séries de grande qualité comme Laura Innes (Dr. Weaver dans « Urgences » qui incarne ici une flic particulièrement machiavélique) et Steve Harris (l’avocat Eugene Harris dans la série judiciaire « The Practice »). Notons encore la participation de B.D. Wong, spécialisé dans les rôles d’ « expert de l’âme » puisqu’il a incarné le Dr. George Huang dans « New York Unité spéciale » de 2001 à 2012 et le Père Ray Mukada dans la série carcérale « Oz » (1997 - 2003). Enfin, on retrouve avec grand plaisir Cherry Jones, impeccable dans le rôle du Dr. Evans, surtout connue pour avoir interprété la Présidente des Etats-Unis Allison Taylor, dans « 24 heures chrono » en 2009 - 2010. Un casting solide au service d’une série étonnante.

13:26 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.