07/07/2014

LAST RESORT : touché, coulé !

Last Resort

Photo : © ABC Television

Série d’action américaine (USA, 2013) de 13 épisodes, créée par Shawn Ryan.

Avec André Braugher, Scott Speedman, Robert Patrick, …

VOIR UN TRAILER DE “LAST RESORT” en guise d’apéritif

Etonnante et plutôt osée cette courte série de Shawn Ryan (The Shield), centrée autour des aventures d’un équipage de sous-marin nucléaire américain qui devient hors-la-loi pour avoir refusé de bombarder le Pakistan. Renégats parqués de force sur une île et disposant de l’arme nucléaire, les marins essayent de dénouer les fils complexes d’une conspiration gouvernementale… On aurait pu croire à un show guerrier et patriotique. Et bien non : oubliez « JAG », ses héros au dents blanches comme leurs uniformes et ses trompettes triomphalistes.

A la place, on a droit à un intéressant questionnement autour du pouvoir et de ses conséquences. Notamment le fait de refuser de suivre aveuglément des ordres. Pas très patriotique évidemment. En cela, Shawn Ryan propose quelque chose d’osé en bousculant (un peu) les conventions. Si vous disposiez de l’arme nucléaire, feriez-vous tout sauter pour sauver une nation au détriment d’une autre ? Le spectre d’Hiroshima en 1945 plane sur toute la saison de « Last Resort » (littéralement le « dernier recours » qui est évidemment incarné par l’équipage du sous-marin US). 

Non exempte de défauts, l’intrigue file sur 13 épisodes, teintés d’action mais parfois décousus, voire obscurs. En effet, au milieu de la saison, un épisode introduit subitement une histoire de virus, comme un cheveu tombant dans la soupe (scénaristique). Ce qui laisse penser que la série a connu des problèmes d’écriture en cours de production. Mais la suite arrive à se maintenir plus ou moins correctement malgré une énième histoire de conspiration.

« Last Resort » aurait sans doute eu plus de punch sous forme de minisérie avec un scénario plus travaillé. De fait, son pitch ne permettait pas un étirement des intrigues à l’infini. Une série dans la lignée de « Lost », « Flash Forward » et « The Event » ; si vous aimez ce genre mais avec moins de mystères. Néanmoins, elle mérite un coup d’œil, voire une seconde vision pour mieux en saisir tous les enjeux.

Dans le rôle du Capitaine Chaplin, André Braugher (Homicide, Dr. House) est épatant, à la fois charismatique et lucide, portant le poids de la solitude du chef avec dignité. A ses côtés, le talentueux Scott Speedman (Underworld) incarne avec panache le second à bord, tiraillé entre la trahison et le devoir d’officier. Enfin, on retrouve avec plaisir l’infâme Robert Patrick (X-Files, The Unit) dans un rôle de militaire aux antipodes de cette dernière série.

Etant donné le peu d’audience aux USA, sans doute en raison d’une intrigue complexe et d’un patriotisme ricain remis en question ; la chaîne ABC l’a annulé au terme de sa première saison. Mais  à défaut d’avoir répondu à toutes les questions, « Last Resort » propose tout de même une fin correcte et qui - curieusement - se permet un petit élan patriotique dans son plan final. 

Pas de chance pour Shawn Ryan qui, depuis la fin de « The Shield » et hormis « The Unit », n’arrive pas à maintenir ses séries à l’antenne après les échecs successifs de « Lie to me », « Chicago code » et « Last Resort ». Touché, coulé donc. Dommage car c’est un grand auteur/producteur qui mérite sa place parmi ses pairs et auteurs de télé de grande qualité (David Simon, Kurt Sutter, Vince Gilligan, …).

En conclusion, « Last Resort » sera-t-elle une série appelée à devenir culte ? Assurément…

18:54 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez .

Écrit par : auto ecole neuilly | 19/07/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.