16/09/2014

HANNIBAL - Saison 1 : savoureux et nauséeux

Hannibal

© NBC Television - Gaumont Television - www.coup-critique.fr

Série policière et horrifique créée par Bryan Fuller, d'après le roman "Dragon rouge" de Thomas Harris. Avec Mads Mikkelsen (Dr. Hannibal Lecter), Hugh Dancy (Will Graham), Lawrence Fishburne (Jack Crawford).

Saison 1 : 13 épisodes de 43’, disponible en dvd et Blu-Ray depuis le 31 octobre 2013.

Sortie de la saison 2 (13 épisodes) annoncée pour le 02 octobre 2014 en dvd et Blu-Ray.

REGARDEZ ICI UN TRAILER DE LA SAISON 1

UN AVANT-GOUT DE LA SAISON 2

AVIS :

Après « Bates Motel » et « Sherlock Holmes » (avec « Elementary », version US), la télé américaine continue à recycler ses « héros », aussi monstrueux soient-ils. Voici donc le retour du Docteur Hannibal Lecter, psychiatre cannibale et tueur en série, dans une série adaptée du roman « Dragon rouge » de Thomas Harris (le cinéaste Michael Mann nous avait déjà offert sa vision dans l’excellent thriller « Manhunter » / Le 6ème sens en 1986). Aux commandes de cette série, on retrouve Bryan Fuller, scénariste et producteur obsédé par la mort ; tantôt comique dans « Dead like me », carrément morbide dans la cultissime « Pushing daisies ».

On se souvient de l’interprétation particulièrement effrayante d’Anthony Hopkins dans « Le silence des agneaux » et ses suites, moins réussies. Curieusement, Fuller a choisi un acteur nordique, Mads Mikkelsen (le méchant « Le Chiffre » dans le James Bond « Casino Royale »), pour jouer le psychiatre pervers. L’acteur a d’ailleurs confié qu’il s’agissait d’une réinterprétation du rôle et non un « copier / coller » du jeu d’Hopkins. Exit donc les petits rires, l’humour cynique, les remarques acerbes et le cabotinage. Personnellement, on aurait préféré James Purefoy, le méchant de « The Following », qui manie l’ironie tout en étant inquiétant, mais cela aurait sans doute trop rappelé son modèle cinématographique.

Plutôt que de multiplier les références aux films, Bryan Fuller fait le choix de s’en démarquer et centre son récit sur les ambiances des scènes de crime et les sensations ressenties par les principaux protagonistes. Bryan Fuller lorgne parfois du côté de l’univers de Chris Carter et ses séries « The X-Files » et « Millennium » puisque nous retrouvons Gillian Anderson (Scully) dans le rôle d’une psy (blonde !) qui supervise Lecter et Lance Henriksen (Frank Black) en tueur vieillissant.

Homme raffiné et gourmet de premier ordre (on se doute de ce que contiennent vraiment ses plats mais cela sera révélé au moment opportun), Hannibal occupe le poste de consultant auprès du FBI lancé aux trousses de divers tueurs en série, tous plus sadiques les uns que les autres. Will Graham (Hugh Dancy, excellent), jeune profileur qui a la capacité de se mettre dans la tête des tueurs, est hanté par ces visions cauchemardesques. Jack Crawford (Laurence Fishburne, bien plus à l’aise que dans « Les experts »), son chef, s’inquiète de son état psychologique et demande au docteur de suivre le jeune enquêteur. Lecter prend évidemment plaisir à le manipuler et à le mener sur de fausses pistes, avec toute la perversité qui le caractérise.

Hormis les titres des épisodes, en forme de clin d’œil culinaire (entrée, œufs, apéritif, …), « Hannibal » est totalement dépourvue d’humour. La série baigne dans une ambiance malsaine, froide, faite de gris et de jaunes et « kidnappe » le spectateur dans le glauque. Vous me pardonnerez l’image mais on se sent comme un foetus mort qui flotte dans le formol et voit tout à travers son bocal ; un peu à l’image du générique de la saison 1 de l’anthologie « American Horror Story ». Impuissants et complices par notre voyeurisme, nous assistons aux crimes de tueurs pervers et du psychiatre cannibale.

Autant vous prévenir, cette série fait tout pour vous mettre mal à l’aise. A cet égard, je tire mon chapeau au directeur de la photographie James Hawkinson qui arrive parfaitement à recréer des images baroques et gothiques, un peu comme des tableaux de grands maîtres tout en maniant la lumière avec brio (les teintes de jaune, de vert, de blanc, de gris saturés… absolument fascinants si vous voyez la série en Blu-Ray.

Cela rappelle l’extraordinaire travail du directeur photo Darius Khondji sur « Seven » de David Fincher). Bravo aussi au compositeur Brian Reitzell qui livre une musique en totale osmose avec le climat glauque qui imprègne « Hannibal ». On navigue entre le réel et le rêve à tendance (nettement) cauchemardesque ; quitte à ne plus savoir où se situe la frontière…

Plus étonnant est le fait qu’Hannibal soit diffusé aux USA sur NBC, grande chaîne nationale plutôt connue pour ses séries bondieusardes. Malgré le panneau « viewers discretion advised » placé avant chaque épisode, on s’interroge sur le degré de violence et d’hémoglobine admis alors qu’on aurait plutôt vu ce genre de show sur une chaîne du câble genre HBO ou Showtime. Les limites de l’interdit seraient-elles repoussées sur les chaînes grand public ? On serait tenté de le croire.

Au terme de la vision de ces 13 épisodes, « Hannibal » laisse tout de même perplexe : elle hésite entre la psychologie tendance psychiatrique, l’intrigue policière et la description des modes opératoires des serial killers. Sorte de spectacle voyeuriste de la mort, juste « allégé » par les séquences de repas ; la série nous laisse sur notre faim si l’on ose dire. La faute à un rythme lent et une progression de l’intrigue pas totalement convaincante pour une série feuilleton dont il est malaisé de voir un épisode indépendant tant il est relié aux autres de façon inséparable pour former un tout.

Au final, mon avis est mitigé même si le cliffhanger du dernier épisode donne envie de voir la saison 2 qui sortira début octobre 2014, en attendant une 3ème saison, prévue pour 2015. Bref, « Hannibal » vous dégoûtera, vous charmera, vous fascinera ou tout cela à la fois selon votre sensibilité ou… votre fringale. Bon appétit !HANNIBAL 2 (horreur - 13 épisodes) : nettement tranchant Bouche cousue

Hannibal saison 2

Photo : © Hannibal season 2 - NBC Television - www.youtube.com - maxresdefault

Disponible en dvd et Blu-Ray depuis le 2 octobre 2014

Si la 1ère saison mettait vraiment mal à l’aise, on ne peut pas dire qu’on est plus épargnés durant cette saison 2, clairement meilleure. En effet, les scénaristes ont la bonne idée de commencer le début par la fin. On remonte ainsi le fil du temps et on assiste même au spectacle d’un Hannibal en bien fâcheuse posture. Chaque épisode se mêle au suivant pour former un tout cohérent, clair et implacable jusqu’au final quasiment mystique et déroutant.

Evidemment, on retrouve les allusions à la cuisine et aux mets raffinés que sert le psychiatre fin gourmet. Toujours aussi froid, Madds Mikkelsen parvient même à faire oublier Anthony Hopkins. Un petit bijou d’horreur à ne pas mettre devant toutes les rétines mais chaudement recommandé aux fans du genre. En attendant la saison 3.

 

13:12 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.