06/09/2015

« THE LAST SHIP » : mort aux cocos par Michael Bay

The last ship

© TNT  - Michael Bay Productions

USA, 2014. Série créée par Steven Kane et Hank Steinberg.

Une saison de 10 épisodes de 45’. Saison 2 (13 épisodes) en 2015-2016. Diffusé aux USA sur la chaîne TNT. Coffrets dvd et Blu-Ray à la vente depuis le  10 juin 2015.

Avec  Eric Dane (Commander Tom Chandler), Rhona Mitra (Dr. Rachel Scott), Adam Baldwin (Mike Slattery), John Pyper-Ferguson (Tex), …

VOIR UN TRAILER DE « THE LAST SHIP » (You Tube)

Réalisateur de gros films remplis de bruit et de fureur, qui vous en mettent plein la vue, Michael Bay ne fait pas dans la dentelle : surtout ne réfléchissez pas, ici, on est là pour tout faire péter ! Capable du meilleur (The Rock, 1996) comme du pire (Transformers), ce « money maker » sortira, début 2016, « 13 Hours : the secret soldiers of Benghazi », un nouveau film avec des héros militaires (une obsession ?), basé sur des faits réels. Depuis quelques années, le bougre s’est aussi lancé dans la production de séries télévisées.

Il y a du bon avec « Black sails » (lire critique ici) et du curieux avec « The Last Ship ». Issue de l’imagination des scénaristes Steven Kane (The Closer : L.A. Enquêtes prioritaires) et Hank Steinberg (« FBI portés disparus »), cette nouvelle série nous sert rien de moins qu’un patriotisme aux limites du supportable.

« The Last Ship » pompe sans vergogne « Helix » (pour le virus et la s-f), « The walking dead » (pour un monde plongé dans le chaos) et le film « Nimitz retour vers l’enfer » (pour le patriotisme yankee). Le pitch : un mystérieux virus décime l’humanité et un navire américain recueille un scientifique qui pourrait trouver le vaccin. Evidemment, des ennemis sont prêts à tout pour l’enlever…

Tout est anachronique dans ce « dernier navire » (évidemment américain et seul à mener la loi sur les océans), à commencer par ses personnages : le commandant Chandler (Eric Dane, mâchoires carrées) fait penser à un John Wayne gonflé à la testostérone. La scientifique est aussi crédible que Nabila en mathématicienne (campée par la glaçante et inexpressive Rhona Mitra, vue dans « Boston Justice » et « Nip Tuck »), les méchants sont évidemment russes et les « good guys » nos braves américains. Tout est blanc ou noir dans « The Last ship », un peu comme dans les années 50 : il y a nous et puis, ces sales rats communistes à liquider !

A cet égard, le capitaine russe aligne tous les clichés : uniforme amidonné, gros yeux roulants, voix méchante, fort accent soviétique, doucereux, sournois et impitoyable. Et en plus il s’appelle Ruskov ! Si, si ! On se croirait dans un vieux film à l’époque de la guerre froide. Basique. A cette vision, je me suis bien bidonné tellement c'était incroyable, inimaginable à notre époque. Michael Bay est vraiment gonflé. A prendre au second degré. Dans le genre, on préfère nettement « The Last Resort » (lire critique ici) où les militaires étaient plus torturés et les questions d’ordre sécuritaire posées de manière plus complexe.

Cela dit, « The Last ship » a le mérite d’être bien fait dans son habillage. Les rebondissements, parfois amenés de façon lourdingue, sont nombreux ; les scènes d’action particulièrement efficaces et les décors réussis (destroyers, bases militaires, …). Et on se surprend à devenir accros et vouloir connaître la suite. Bien mené, le suspense vous scotche et vous fait même avaler des rebondissements invraisemblables ! Maintenant, de là à dire que c’est inoubliable…

Divertissement calibré pour plaire au plus grand nombre et en particulier aux militaires américains (on a l’impression qu’ils se matent cette série avant d’aller casser du terroriste), « The Last ship » ne laissera sans doute pas grande trace dans l’univers des séries dans quelques années.

Si vous avez deux ou trois soirées sans potes ou pratiquez le « binge viewing », cette série vous divertira agréablement sans vous prendre la tête. Gros succès sur la chaîne TNT aux USA, elle a été reconduite pour une deuxième saison de 13 épisodes, en fin de diffusion actuellement outre-Atlantique. L’envie de voir la suite dépend de vous.

11:58 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.