02/10/2016

« RAY DONOVAN » (Saison 3) : toujours plus loin mais pas tant que ça

RAY DONOVAN 3 - uploads-1475060327-ray5.jpgSérie dramatique créée par Ann Biderman.

Avec Liev Schreiber (Ray Donovan), Jon Voight (Mickey Donovan), ...

Saisons 1 à 4 (12 épisodes par saison de 45’ à 65’). Saisons 1 à 3, disponibles en dvd et Blu-Ray (sortie en France de la saison 3 le 4 octobre 2016 chez Showtime).

Saison 4 terminée aux USA (12 épisodes). Saison 5 en cours de production.

Diffusé en France sur CANAL +. Diffusion aux USA sur Showtime. 
© Photo : Showtime

VOIR UN TRAILER DE LA 3ème SAISON

AVIS : Pas facile la vie de « nettoyeur » pour riches et puissants d’Hollywood… Imaginez : pendant que vous devez faire disparaître un cadavre pour le compte d’un riche et odieux homme d’affaires (Ian McShane) et que vous vous amourachez de sa fille (Katie Holmes, ex-Mme Tom Cruise), un de vos trois frères (Terry) croupit en prison tandis que l’autre (Bunchy) va se marier avec une catcheuse mexicaine. Votre mariage bat méchamment de l’aile, vous ne comprenez plus votre femme Abby et elle aussi. Votre fille Bridget sort avec son prof plus âgé d’une quinzaine d’années et votre fils Connor cherche à se faire dépuceler à tout prix. Pour aggraver la situation, votre père Mickey monte sa petite entreprise de prostituées avec votre dernier frère Daryl et se retrouvent avec la mafia arménienne, la famille Minassian, sur le dos. Enfin, car ce n’est pas tout, les flics sont à vos trousses pour des meurtres non élucidés ainsi qu’un vieil ennemi sur le retour et un prêtre qui vous pousse à la rédemption.

Chargé le programme de Ray Donovan, dont on voit le visage passer de fatigué à franchement burnouté. Et en même temps, pas tant que cela car on a l’impression que qu’il ne se passe pas grand-chose. Le début met du temps à démarrer, les situations s’enchaînent de manière plutôt plate, sans enjeux réellement intéressants, les personnages de Ray et Mickey se montrent presque trop calmes et sages. A ce stade, on comprend que la série a dit l’essentiel durant ses deux premières saisons et que cette troisième fournée peine à rebondir. Le défaut le plus visible dans le travail des scénaristes (déjà perceptible dans la 2ème saison) réside dans le personnage de Mickey, le patriarche machiavélique (Jon Voight en roue libre et limite cabotin), à qui il faut absolument trouver un nouveau sale coup à réaliser.

Le monde dans lequel vivent les Donovan, pas si éloigné que cela du nôtre, reste sans illusions : les stars d’Hollywood, les riches et puissants (quel univers glauque !) et autres flics, sont tous aussi répugnants les uns que les autres, hormis la détective Muncie, seule exception notable. Les scénaristes chargent la barque à un point tel que cela en devient un peu lourd à avaler. Comme s’il fallait à tout prix trouver un ressort choquant pour relancer l’intrigue.

Alors, « Ray Donovan » serait-elle devenue une série à grosses ficelles, recyclant sans talent les ressorts du soap (la femme et la fille de Ray ne feraient pas tache dans les « Feux de l’amour ») ?

La réponse est bien évidemment non car la série a pour elle deux grandes qualités, celle d’arriver à maintenir notre intérêt tout au long de ses 12 nouveaux épisodes. Ensuite, qu’on le veuille ou non, la famille Donovan, malgré ses dysfonctionnements abyssaux, reste une famille sacrément attachante, même Abby qui rappelle furieusement le côté prise de tête de Carmela Soprano. Chacun nous est montré dans ses forces et ses faiblesses, capable du meilleur comme du pire. Chaque personnage bénéficie d’un travail d’écriture qui lui confère une réelle épaisseur, une personne qu’on pourrait être amené à rencontrer dans la vraie vie (quoiqu’on ne préfère pas tant ils attirent les ennuis).

Malgré des premiers signes d’essoufflement, cette troisième fournée reste tout de même agréable à suivre et se conclut de manière relativement spectaculaire, émotionnellement parlant, pour Ray Donovan. Si elle reste moins réussie que les saisons précédentes, elle a le mérite de faire évoluer ses personnages de façon un peu intéressante que pour avoir envie de continuer à la suivre. Cela tombe bien, la 4ème saison vient de s’achever aux USA. Rendez-vous est pris.

12:05 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.