14/04/2018

« ANIMAL KINGDOM » : un parfum de mère castratrice ?

Série dramatique américaine (USA, 2014) créée par Jonathan Lisco. Saison 1 visible en dvd du commerce et sur Warner TV (France). 2 saisons (1 : 10 épisodes, 2 : 13 épisodes de 58’ chacun, 3 : en production). Avec Ellen Barkin (Janine « Smurf » Cody), Scott Speedman (Barry « Baz » Blackwell), Shawn Hatosy (Andrew « Pope » Cody), Jake Weary (Deran Cody), Ben Robson (Craig Cody), Finn Cole (Joshua « J » Cody), …

VOIR UN TRAILER DE « ANIMAL KINGDOM »

Il y a un petit parfum de « Sons of Anarchy », « Point Break » et « Ray Donovan » » dans ce « royaume animal ». Au départ, la série est tirée du film australien, « Animal Kingdom » - de 2010, réalisé par David Michôd. Le producteur John Wells (Urgences, Shameless) a la bonne idée de l’adapter en série avec Jonathan Lisco.

Tout commence avec Jonshua « J » Cody, un gamin de 17 ans qui perd sa mère par overdose. Démuni, il va retrouver sa grand-mère, Janina Cody dite « Smurf » (Ellen Barkin fait son grand retour). La vieille dame liftée et autoritaire a adopté plusieurs gamins qui sont en quelque sorte ses fils : Baz, Deran, Craig et Andrew alias « Pope » (Shawn Hatosy, excellent vu dans la série policière « Southland »). Seul ce dernier est la « vraie progéniture » de Smurf. Tout ce monde a pour particularité de commettre des casses et ramasser un max de blé car bosser, ce n’est pas pour eux. Evidemment l’arrivée de « J » ne va pas sans poser de problèmes…

Vu le côté « cracra » et parfois franchement glauque de ses oncles (Pope et Deran surtout), on se demande comment « J » va survivre dans cette famille qui fonctionne comme dans un système mafieux. Une fois que tu y entres, plus moyen de sortir. Ce qu’il y a de bien dans cette série, c’est qu’au lieu de nous la jouer « va-t-il s’en sortir ou pas ? », les scénaristes ont choisi l’imprévisible. Ceux qui avaient l’air infâmes changent positivement, ceux qui avaient l’air sympa sont de sales manipulateurs. Je vous mets au défi de prédire la suite : impossible !

Même Smurf (aussi ignoble que Gemma des Sons of Anarchy) peut faire preuve d’humanité. Et pourtant quelle marâtre ! Voir ces grands gaillards menés à la baguette par cette petite nana a quelque chose de drôle et pathétique. Ellen Barkin se révèle excellente même si on regrette un lifting lui donnant un air figé dont elle arrive pourtant à tirer parti, faisant de ce visage presque mortuaire un atout dramatique reflétant la noirceur macabre de son personnage. Plus fine dans son jeu que Jon Voight, le père de « Ray Donovan » dont elle partage certaines caractéristiques (encore un vieux qui fait chier tout le monde…).

Les personnages sans doute les plus attachants sont Pope et Deran qui, à la recherche d’eux-mêmes (l’un dans la rédemption, l’autre dans sa sexualité), apparaissent comme antipathiques mais – eh là pas si vite – évoluent vers quelque chose d’insoupçonné. Il y a là une finesse d’écriture et d’interprétation rarement vue dans une série qualifiée d’action thriller (qui a été nominée 3 fois, preuve de sa qualité).

Les scènes de casse rappellent un peu l’ambiance du film « Point Break » de Kathryn Bigelow avec un jeune Keanu Reeves et feu Patrick Swayze. Tendues, filmées à l’arrache et au dénouement également imprévisible. Dramatique, cette série l’est assurément mais sans mouchoirs à l’américaine ou émotions gluantes. Le portrait donné des flics américains n’est guère plus édifiant que la famille Cody dont la série ne fait pas l’apologie, détrompez-vous, pris dans leurs turpitudes, lâchetés et autres coups bas. Pas de superflu ici, c’est rude, dur, sans pitié et efficace.

Enfin et c’est aussi plutôt rare dans les séries actuelles, la saison 2 est encore meilleure que la première qui souffrait peut-être parfois d’une certaine lenteur dans la mise en place et le déroulé des enjeux. SI vous en avez vaguement entendu parler, ne passez pas à côté, elle mérite franchement le détour et vous hantera encore après sa vision. Vivement la saison 3 annoncée dans quelques mois.

21:17 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |