14/03/2010

PARTIE 2/2 : TOP 10 DES MEILLEURES SERIES DES ANNEES 2000 à 2010

Choix subjectif et par ordre de préférence :

6. DR. HOUSE (House M.D.)

7. L.A. ENQUETES PRIORITAIRES (The Closer)

8. NIP / TUCK

9. ESPRITS CRIMINELS (Criminal Minds)

10. 24 HEURES CHRONO (24)

 

6. " DR. HOUSE " (HOUSE M.D.)

USA (2004 - 2012) : 8 saisons (176 épisodes). Intégrale disponible en dvd et Blu-Ray.

Série créée par David Shore.

Avec Hugh Laurie (Dr. Gregory House), Lisa Edelstein (Dr. Lisa Cuddy), Omar Epps (Dr. Eric Foreman), Robert Sean Leonard (Dr. James Wilson), Jennifer Morrison (Dr. Allison Cameron), Jesse Spencer (Dr. Robert Chase), … 

Dr House - playtime-magazine
Photo :  © FOX TV - playtime-magazine

SUJET : Le docteur House soigne les cas les plus bizarres et pour lesquels la profession médicale n’a pas de réponse. Grâce à son brillant sens de la déduction, House arrive à trouver le traitement qui sauvera le malade. Mais le médecin a un gros problème, il déteste son équipe et surtout, les patients…

AVIS : « Dr. House » ou quand « Sherlock Holmes » rencontre « Urgences » et « Les Experts ». Tout tient dans le sens de la déduction proche du célèbre détective de Conan Doyle qui permet à House de trouver LA solution. Brillamment interprétée par le britannique Hugh Laurie, c’est aussi une série drôle et irrévérencieuse, notamment dans la manière de dépeindre l’univers hospitalier. Excellente de bout en bout. Un final grandiose !

VOIR UN EXCELLENT "BEST OF" DES 7 SAISONS REALISE PAR UN FAN (You Tube)

 

7. " THE CLOSER " (L.A. ENQUETES PRIORITAIRES)

USA (2005 - 2012) : 7 saisons (109 épisodes). Intégrale disponible en dvd.

Série créée par James Duff.

Avec Kyra Sedgwick (Député Chef Brenda Leigh Johnson), J.K. Simmons (Chef Will Pope), Corey Reynolds (Sgt. David Gabriel), Robert Gossett (Cdt Taylor), G.W. Bailey (Lt. Provenza),  Jon Tenney (Agent Fritz Howard), …

THE CLOSERPhoto : © the closer - Copyright TNT - www.baixartv.com

SUJET : Brenda Leigh Johnson se retrouve à la tête de la Brigade spéciale des homicides de Los Angeles où elle doit gérer une équipe essentiellement masculine. Ses talents innés en interrogatoire et son sens aigu des détails lui permettent de coincer rapidement les criminels les plus rusés et à leur arracher des aveux permettant de faire toute la lumière…

AVIS : Que ceux qui pensent que les femmes ne sont pas capables d’avoir des responsabilités chez les flics aillent voir ailleurs. Sorte de « Columbo » en jupons mais pas cracra sur elle, Kyra Sedgwick est absolument épatante dans le rôle. Les scénarios, fins et bien ficelés, nous clouent sur notre fauteuil car la fin se révèle souvent imprévisible. Enfin, la galerie de vieux flics qui l’entoure vaut le détour et nous réserve de grands moments comiques.

VOIR LA BANDE-ANNONCE DE LA 7ème ET DERNIERE SAISON (You Tube)

 

8. " NIP / TUCK " 

USA (2003 - 2010) : 6 saisons (100 épisodes). Intégrale disponible en dvd.

Série créée par Ryan Murphy.

Avec Julian McMahon (Dr. Christian Troy), Dylan Walsh (Dr. Sean McNamara), John Hensley (Matt McNamara), Joely Richardson (Julia McNamara), Kelly Carlson (Kimber Henry), …  Photo : © FX Television - Ryan Murphy Productions

Nip Tuck

SUJET :  Sean McNamara et Christian Troy sont deux chirurgiens esthétiques qui se connaissent depuis leurs études et exercent leur métier à Miami, avant de partir pour Los Angeles. Leur cabinet accueille de nombreux clients aux demandes étranges, pour ne pas dire carrément dingues... Sexe, argent et apparences…

AVIS : Trash, dérangeante et provocatrice, « Nip / Tuck » (qui signifie : inciser / retendre, dans le jargon médical) donne le ton dès le premier épisode avec ses scènes d’opération d’un réalisme effrayant et sa manière très osée d’aborder le sexe, même pour une chaîne du câble américain (Troy étant un véritable « serial fucker » ou « sex machine »). En parallèle, la série suit l’évolution psychologique des principaux personnages qui se demandent quel sens ils donnent à leurs vies.

Bien écrite et jouée, « Nip / Tuck » secoue le spectateur mais hélas, un certain essoufflement se fait ressentir durant la saison 5 où tout devient outrancier, voire grotesque. L'ultime saison comprend encore quelques épisodes, notamment une séance hilarante chez un psy mais il était temps que ça s'arrête, la série devenant un pastiche d'elle-même. Par la suite, le producteur Ryan Murphy continuera son exploration de l'horreur dans la série "AMERICAN HORROR STORY"(sur la chaîne FX).

VOIR UN BEST OF DE LA SAISON 1 (You Tube)

 

9. " ESPRITS CRIMINELS " (CRIMINAL MINDS)

USA (2005 - 2012), toujours en cours avec 11 saisons (255 épisodes au 10/8/2016).

Série créée par Jeff Davis.

Avec Thomas Gibson (Aaron « Hotch » Hotchner), Joe Mantegna (David Rossi), Matthew Gray Gubler (Dr. Spencer Reid), Shemar Moore (Derek Morgan), Kirsten Vangsness (Penelope Garcia), A.J. Cook (Jennifer « JJ » Jareau), Paget Brewster (Emily Prentiss), Mandy Patinkin (Jason Gideon : saisons 1 et 2), …

Esprits criminels_IMDB

Photo :  © www.imdb.com

SUJET : Pour retrouver les nombreux tueurs en série qui sévissent partout aux Etats-Unis, le FBI dispose d’une unité spécialisée, basée à Quantico (Virgnie) : le Département des Sciences du Comportement. Cette équipe de « profilers » d’élite analyse puis se lance aux trousses des  criminels les plus inquiétants… 

+ LIRE AUSSI LA CRITIQUE PLUS LONGUE SUR CE BLOG : CLIQUEZ ICI

AVIS :
Autre série marquante dans le genre policier avec « Les Experts », « Esprits criminels » s’en démarque par le suspense et la tension distillée dans chaque épisode. Originale et bien menée, c’est certainement un des fleurons du genre, au succès jamais démenti. Attention, scènes violentes; âmes sensibles, s’abstenir. Les meilleures saisons sont les 2 premières avec le fascinant Mandy Patinkin dans le rôle du profiler Gideon.

Du reste, encore une série policière qui aurait dû s'arrêter à temps comme "Les Experts". Depuis la saison 8, elle se répète et s'essouffle. Pourtant, elle continue encore à séduire des millions de spectateurs. La saison 11 (2016) est la dernière pour l'acteur Shemar Moore (Derek Morgan) qui a quitté la série. Sage décision.

VOIR UNE BANDE-ANNONCE DE LA SERIE (You Tube) :

 

10. " 24 HEURES CHRONO " (" 24 ")

USA (2001 - 2010) : 8 saisons (192 épisodes) + 1 téléfilm de 90’ + une saison 9 (2014) : "Live Another Day" (12 épisodes). Intégrale disponible en dvd.

Série créée par Robert Cochran et Joel Surnow.

Avec Kiefer Sutherland (Jack Bauer), Mary Lynn Rajskub (Chloe O’Brian), Carlos Bernard (Tony Almeida), Dennis Haysbert (Président David Palmer), …

24 Live Another Day

SUJET : Jack Bauer fait partie  de la CAT (Cellule Anti-terroriste) de Los Angeles. Dès qu’une menace plane sur les USA ou qu’un attentat risque d’arriver, Jack part à la recherche des coupables et utilise tous les moyens pour parvenir à ses fins…

© Fox Television - www.amazon.fr

 

AVIS : Très originale de par son format (24 heures en temps réel et le système des écrans partagés qui permettent de suivre l’action en parallèle), « 24 » aura relancé la carrière de Kiefer Sutherland. Hormis le côté « les USA sauvent le monde » et les scènes de torture souvent insoutenables, cette série d’action réussit le pari de tenir en haleine tout en offrant une certaine vision de l’Amérique ultra-sécuritaire, limite réactionnaire.

Une série qui a au moins eu le mérite de faire évoluer les mentalités en présentant d’emblée un Président des Etats-Unis noir. Barack Obama peut lui dire merci même s’il ne partage sans doute pas les valeurs véhiculées par « 24 », diffusée sur la FOX aux USA, chaîne très à droite et pro-républicaine. 

« 24 HEURES CHRONO : LIVE ANOTHER DAY » (Saison 9) : la magie a disparu…

24 live another day© 24-live-another-day - Copyright Fox Television

9ème saison de 12 épisodes de 40’. Avec Kiefer Sutherland (Jack Bauer), Mary Lynn Rajskub (Chloé O’Brian), William Devane (Président James Heller), Kim Raver (Audrey Raines), Yvonne Strahovski (Kate Morgan), …

Disponible en dvd et Blu-Ray depuis le 17 octobre 2014.

Diffusé en France sur CANAL + et en Belgique francophone sur BE TV.

VOIR UN TRAILER DE "24 HEURES CHRONO : LIVE ANOTHER DAY" (2014)

Curieuse idée de la chaîne FOX d’avoir exhumé son héros Jack Bauer. Devant l’insuccès de « Touch », sa nouvelle série (lire ci-dessous), Kiefer Sutherland s’est dit : « Bon, ben, on y va. Histoire de briller encore une fois devant les projecteurs d’Hollywood… »

Était-ce une bonne idée ? Oui et non. Oui car on se demandait ce qu’était devenu Jack, ex-agent devenu renégat et traqué par les services secrets. La réponse est donnée dès le début. Et oui parce que cette nouvelle fournée d’épisodes (12 au lieu des 24 habituels) arrive à maintenir l’intérêt tout au long du récit et évite les baisses de rythme que connaissait la série sous son format originel.

Pourquoi cela s’appelle toujours « 24 heures chrono » si cela ne dure que 12 épisodes me direz-vous ? Par une pirouette temporelle, les producteurs ramassent le temps, condensé en 24 heures sur 12 épisodes.

Non parce que ce retour n’était pas franchement nécessaire. En effet, les écrans partagés, le compte à rebours et le jeu essoufflé de Kiefer Sutherland appartiennent à la décennie précédente. Même si les producteurs et réalisateurs (Jon Cassar en tête) ont réussi à recréer l’atmosphère de l’ « ancienne » série en déplaçant l’action à Londres avec une histoire de drones, « 24 heures chrono » a un côté quelque peu désuet.

Quand on voit les avancées technologiques de films comme les derniers « Mission Impossible », la série paraît un peu datée, voire ringarde. En témoignent les méchants, arabes évidemment et particulièrement caricaturaux (ce qu’on pouvait déjà reprocher aux 8 saisons précédentes).

De plus, le choix d’Yvonne Strahovski (jolie blonde vue dans les saisons 7 et 8 de « Dexter » où elle était sa petite amie) laisse parfois perplexe. L’actrice incarne avec panache l’espionne Kate Morgan mais il est difficile de la voir avec sérieux quand on repense à son rôle dans « Chuck », son autre série d’espionnage sur fond de comédie. A se demander si elle ne va pas sortir une vanne. Ou un coup de vache comme dans « Dexter » où elle était flippante à souhait. Cela dit, elle s’en sort honorablement et son personnage peut se voir comme l’équivalent féminin de Jack Bauer. Une nana qui « en a ».

A nouveau, il y a des scènes de torture (hélas…) mais ce n’est pas Jack Bauer qui s’y colle et c’est la jolie blonde qui en fait les frais. Pour faire le lien avec les précédentes séries, les scénaristes ont eu la bonne idée de faire revenir les personnages du Sénateur James Heller, désormais Président (William Devane, convaincant) et Audrey Raines, sa fille (Kim Raver, un peu effacée).

Comme elle était l’ex-petite amie de Jack, des sentiments resurgissent et Jack nous est présenté sous un aspect plus sensible qu’à l’accoutumée. Pourquoi pas ? Heureusement, on n’a pas droit au retour de l’insupportable Kim Bauer (Elisha Cuthbert), la gamine de Jack, qui avait le chic pour se fourrer dans des situations invraisemblables.

Au final, qu’en penser ? C’est efficace et se regarde sans ennui. Mais c’est aussi vite vu et vite oublié. La fin de saison laisse penser à une suite probable quoique rien n’ait été confirmé par l’équipe de production. Bref, le retour de Jack Bauer illustre l’absence de prise de risque et d’idées originales qui prévaut dans les séries des chaînes nationales CBS, ABC, NBC, Fox, … Autant reprendre des héros et des concepts qui ont fait leurs preuves, quitte à paraître dépassé. Un retour pas vraiment indispensable. N’en déplaise aux fans purs et durs de Jack Bauer.

13:17 Écrit par Manu dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

PARTIE 1/2 : TOP 10 DES MEILLEURES SERIES US DES ANNEES 2000 à 2010

Choix subjectif et par ordre de préférence :

1. THE SHIELD

2. DEXTER

3. LES EXPERTS (LAS VEGAS)

4. RESCUE ME

5. LOST 

 

1. THE SHIELD

USA (2002 - 2008) : 7 saisons (89 épisodes). Intégrale disponible en dvd.

Série policière créée par Shawn Ryan.

Avec Michael Chiklis (Vic Mackey), Benito Martinez (David Aceveda), CCH Pounder (Claudette Wyms), Jay Karnes (Dutch Wagenbach), …

The Shield - jeuxvideopc

Photo : © FX Television - jeuxvideopc

SUJET : une unité spéciale de la police de Los Angeles est chargée de mettre de l’ordre dans les bas-fonds de la ville. Dealers, putes, camés, trafiquants, … constituent leur lot quotidien. A leur tête, Vic Mackey, policier corrompu aux méthodes aussi musclées qu’imprévisibles…

AVIS : Vic Mackey, c'est un peu Tony Soprano mixé avec Andy Sipowicz de "NYPD Blue". Sans doute LA meilleure série policière de tous les temps. Façon de filmer, personnages aux émotions à fleur de peau, absence de manichéisme, plongée sur le terrain avec la police de L.A.,… Originale à tous niveaux et excellente du début à la fin. On retiendra enfin la performance exceptionnelle de Michael Chiklis. Du grand policier !

! Attention, scènes violentes, sensibles, s’abstenir.

VOIR UN EXTRAIT DE LA SERIE (You Tube) :

 

2. DEXTER

USA : 2006 - 2013) : 8 saisons (93 épisodes). Intégrale disponible en dvd.

LIRE AUSSI LA CRITIQUE + LONGUE SUR CE BLOG

Série créée par James Manos, Jr., d'après les romans de Jeff Lindsay.

Avec Michael C. Hall (Dexter Morgan), Jennifer Carpenter (Debra Morgan), James Remar (Harry Morgan), David Zayas (Angel Batista), …

VOIR L'EXCELLENT GENERIQUE AVEC LES METAPHORES ALIMENTAIRES FAISANT REFERENCE AUX MEURTRES (You Tube)

Dexter

SUJET : Dexter Morgan travaille le jour comme analyste sur les scènes de crime pour la police de Miami. La nuit, il dévoile un autre visage puisque c'est un tueur en série mais qui agit selon le code de son père : il ne tue que des criminels…

AVIS : Dérangeante, fascinante, déconcertante, ébouriffante, … les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier cette excellente série basée sur les romans de Jeff Lindsay. Michael C. Hall y est prodigieux et les scénarios extrêmement bien écrits.

Chaque saison arrive à se renouveler de façon remarquable, du moins pour les 2 premières saisons. La 4ème relève du pur chef-d'oeuvre. Les 3, 5  et 6 sont plutôt décevantes en raison de scénarios mal écrits et paresseux. Les 7ème et 8ème saisons reprennent en qualité mais il était temps que "Dexter" s'arrête. A nouveau, une série de qualité inégale. Attention, ici aussi, scènes violentes. Ames sensibles, passez votre chemin.

 

3. LES EXPERTS (C.S.I : CRIME SCENE INVESTIGATION)

USA (2000 - 2015) : 15 saisons (335 épisodes). Saisons 1 à 15, soit l'intégrale disponible en dvd.

Avec William Petersen (GIl Grissom), Marg Helgenberger (Catherine Willows), Paul Guilfoyle (Capitaine Jim Brass), George Eads (Nick Stokes), Eric Szmanda (Greg Sanders), Jorja Fox (Sra Sidle), Gary Dourdan (Warrick Brown), Ted Danson (D.B. Russell), Laurence Fishburne (Dr. Raymond Langston), Elisabeth Shue (Julie Finlay) …

VOIR LE GENERIQUE EXCEPTIONNEL DES EXPERTS AVEC LA CHANSON "WHO ARE YOU ?" DE THE WHO

CSI

Photo :  ©  CBS Television

SUJET : Gil Grissom travaille au sein de la police scientifique de Las Vegas dans l’équipe de nuit. Ses brillants talents pour retrouver les indices sur les scènes de crime l’amènent à dénouer les affaires les plus complexes avec l’aide de son équipe…

AVIS : « Les Experts », c’est la série qui a relancé le genre policier qui était plutôt moribond à la télé américaine au début des années 2000. Preuve en est le succès continu depuis près d’une décennie. Si on ressent un certain essoufflement depuis la saison 8, elle reste néanmoins une référence, tant pour ses qualités d’écriture que pour ses personnages et son style cinématographique très travaillé.

Les saisons 9 à 11 avec Laurence Fishburne sont assez médiocres et franchement dispensables. Pour les saisons 12 à 15, un certain renouveau arrive avec l'excellent Ted Danson (Cheers, Damages) qui reprend la place du leader d'équipe. Mais tous les épisodes ne sont pas d'égale qualité, beaucoup déçoivent et sont à oublier. Le téléfilm final qui voit le retour de Grissom est également décevant et sans peps. Bref, une série inégale qui n'a pas su s'arrêter à temps.

Etant donné le succès, elle a donné naissance à deux séries dérivées (spinoff) qui ne sont pas du même niveau : « Manhattan » est correct tandis que « Miami » peine à masquer sa médiocrité, un bel emballage sans fond immortalisé par le très mauvais David Caruso, roi poseur aux lunettes de soleil.

Enfin, c’est une franchise qui aura permis au groupe rock « THE WHO » de se faire quelques dollars de plus puisque les 3 séries utilisent, dans leur générique, une chanson emblématique du mythique groupe des années 70 (« Who are you » dans Las Vegas, « Won’t get fooled again » dans Miami et « Baba O’Riley » dans Manhattan, cette dernière étant aussi reprise dans des scènes de fin de « Dr. House »).

 

4. RESCUE ME

USA (2004 - 2011)  : 7 saisons (93 épisodes). Saisons 1, 2 et 3 disponibles en dvd en Europe. Le reste est disponible en zone 1 aux USA, avec des sous-titres français !

Avec Denis Leary (Tommy Gavin), Mike Lombardi (Mike Silletti), Steven Pasquale (Sean Garrity), Daniel Sunjata (Franco Rivera), … 

Rzescue me

Photo :  © FX Television

VOIR UN EXTRAIT DE "RESCUE ME"

SUJET : Tommy Gavin travaille comme pompier à New York. Il a vécu les attentats du 11 septembre 2001. Depuis lors, sa vie n’est plus que problèmes familiaux avec sa femme qui veut le divorce, sorties entre potes, sexe à répétition avec des minettes rencontrées et qui trouvent que les pompiers sont des héros. Tommy ne sait plus trop où il en est et doit, en plus, gérer son père vieillissant…

AVIS : « Rescue Me » nous plonge au cœur de la vie de pompiers lors de leurs interventions. Si cet aspect ne constitue qu’une part mineure de chaque épisode, c’est avant tout un portrait psychologique de braves gars traumatisés que nous propose cette série drôle et déjantée. Intelligente et sensible, « Rescue Me » se révèle aussi terriblement humaine. Un petit essoufflement se fait sentir durant les 5ème et 6ème saisons. La 7ème et dernière saison finit admirablement.

5. LOST

USA (2004 - 2010) : 6 saisons (117 épisodes). Intégrale disponible en dvd. 

Avec Matthew Fox (Jack Shephard), Evangeline Lilly (Kate Austen), Terry O’Quinn (John Locke), Jorge Garcia (Hugo Reyes), Josh Holloway (James « Sawyer » Ford),  …

VOIR LE TRAILER OFFICIEL (ABC) DE LA SAISON 6 (You Tube)

Lost

Photo ©  ABC Television

SUJET : En 2004, les passagers du vol Oceanic 815 s’écrasent sur une île perdue. Celle-ci les confronte à toutes sortes d’épreuves et d’événements étranges. Les rescapés seraient-ils les sujets d’une expérience scientifique ?

AVIS :
 Déroutante, « Lost » l’est à plus d’un titre. Pratiquant les retours en arrière et les bonds dans le futur avec un sens subtil de la narration, elle a malheureusement égaré pas mal de spectateurs qui ont déclaré forfait. L'impression domine que les scénaristes ont été, à un moment donné, "lost" (perdus) aussi.

Pourtant, le récit se révèle captivant et les personnages bien campés. Si la série s’est achevée en 2010 et a livré les clés de nombreux mystères, on retiendra qu'elle a déçu de nombreux fans qui se sont sentis grugés, surtout après avoir vu l'ultime épisode. Hélas, beaucoup de questions sont restées sans réponse et l'ensemble laisse sur sa faim.

Pour ma part, je fais partie des sceptiques franchement déçus par la fin, même si je retiens quelques saisons de grande qualité (les 1, 3 et 4), tant sur le plan visuel qu'au niveau de l'évolution des personnages.

 

12:58 Écrit par Manu dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/03/2010

BOSTON JUSTICE : les avocats déjantés au service de la justice

BOSTON LEGAL (titre original en VO) – USA - 2004 à 2009 : 101 épisodes. Avec James Spader (Alan Shore), William Shatner (Deeny Crane), Candice Bergen (Shirley Schmidt), René Auberjonois (Paul Lewiston), Mark Valley (Brad Chase), Christian Clemenson (Jerry Espenson), Julie Bowen (Denise Bauer), John Larroquette (Carl Sack), CGary Anthony Williams (Clarence), Henry Gisbon (le Juge Clark Brown), Tara Summers (Katie Loyd), …
Photo : copyright :
www.imdb.com – Saisons 1 à 5 disponibles en dvd. Série diffusée en 2006 et 2007 sur TF1 et sur la RTBF1 (Belgique francophone) le samedi après-midi (janvier à mars 2010).

Boston legal - imdb

SCENARIO : le Cabinet Crane, Poole & Schmidt constitue un bureau d’avocats parmi les plus réputés de la ville de Boston. Pourtant, les premières failles apparaissent quand Edwin Poole perd la raison et arrive un matin en caleçon au bureau, en tenant des propos incohérents. Le Cabinet est d’autant plus embarrassé par Denny Crane, brillant juriste n’ayant jamais perdu un procès et qui n’en finit plus de faire la une des journaux par ses frasques. C’est alors qu’arrive Alan Shore, jeune avocat rompu aux plaidoiries enflammées et au tempérament volontiers rebelle. Ambiance explosive chez Crane, Poole & Schmidt  dans l’Amérique actuelle…

COMMENTAIRE : Encore une énième série d’avocats me direz-vous ? Eh bien oui…et non ! Due à l’imagination débordante de l’excellent producteur-scénariste David E. Kelley (« Ally McBeal », « The Practice »), « Boston Justice » fait plutôt figure d’OVNI dans l’univers des séries d’avocats. Tout, absolument tout, à commencer par les personnages, les situations, les comportements, … ; se retrouve poussé à l’extrême et se veut volontiers provocateur, reculant les limites de l’absurde et du grotesque. Avec pour but avoué l’humour et la réflexion, tout en nous bousculant, nous, spectateurs à la fois curieux et surpris. Je me souviens que la première fois que j’ai vu un épisode, je me suis dit : « Mais qu’est ce que c’est que ce truc ? C’est complètement pété ! Mais qu’est-ce que c’est poilant ! »

Au-delà du comique outrancier (incarné par Denny Crane, sorte de version trash et senior d’Ally McBeal), Kelley arrive à doser de manière suffisamment subtile son sujet pour qu’humour et gravité forment un cocktail détonnant et malin.

Très documenté, ce brillant scénariste - qui fut autrefois avocat avant de devenir un producteur renommé, donc il connaît la musique -, nous amène à réfléchir sur de nombreux sujets graves et d’actualité. Quelques exemples édifiants : la légalité des élections, les conflits entre Républicains et démocrates (à cet égard, le duo Alan Shore – Denny Crane en constitue la représentation parfaite), le droit de posséder une arme à feu et d’en faire usage en cas d’agression, l’enseignement, la politique, l’avortement, le viol, le racisme, la maladie d’Alzheimer, la vieillesse, … ; tout est passé en revue à la loupe critique et caustique, saupoudrée d’un humour ravageur. En contrepoint comique, les aventures d’Alan et Denny viennent détendre le poids dramatique des thèmes abordés. 

Toutes ces questions, Kelley les aborde au travers du personnage d’Alan Shore, avocat extrêmement rusé et intelligent, véritable porte-parole de la pensée du créateur de « Boston Justice ». Volontiers iconoclaste et rétif à toute forme d’autorité, Alan Shore a sans doute, lors de la diffusion aux USA, fait grincer des dents de nombreux spectateurs américains et autres ligues de vertu bien-pensantes. Ses positions sur la peine de mort, les armes, la religion, le sexe, le mariage, … ; tout concourt à penser que c’est un « liberal » comme disent les Américains ; autrement dit, un gauchiste pur et dur. A côté de cela, Alan est aussi porté sur le sexe que Denny et n’hésite pas à harceler les belles dames qu’il croise au cours de ses aventures juridico-rocambolesques. Comme quoi, personne n’est parfait.

A contrario, Denny Crane incarne la réussite sociale américaine dans ce qu’elle a de plus abject : arrogant, riche, obsédé sexuel, infidèle, fou d’armes à feu, … ; Denny a tout du « gros dégueulasse » qu’on adorerait haïr. Et pourtant, il cache un cœur d’or qui nous le rend sympathique. C’est bien connu, pour forcer l’humour, il faut grossir le trait et l’acteur incarne cet adage à la perfection.

Denny est aussi fantasque et déluré qu’Alan se veut plutôt réservé quoique… A leur façon, ils vivent une grande histoire d’amour mais sans sexe. De leur propre aveu, ce sont des âmes sœurs liées par une indéfectible amitié. Les épisodes de la saison 1 et 5, où ils partent se ressourcer dans la nature, figurent certainement parmi les plus drôles et les plus déjantés. On ne vous révélera pas la fin de la série, totalement imprévisible. Un grand moment.

Soulignons aussi, à la fin de chaque épisode, la « scène du balcon » où les deux amis se retrouvent autour d’un cigare et un whisky et qui amène de belles réflexions philosophiques sur le sens de la vie : où allons-nous, que voulons-nous, comment vivons-nous le changement, avons-nous peur de la mort, … James Spader (Alan) et William Shatner (Denny) nous prouvent tout leur talent comique et dramatique, dans de belles scènes poignantes et mémorables. Leur prestation a d’ailleurs été récompensée aux  Golden Globes et la série a gagné de nombreux autres prix.

Autre point marquant de la série : la vision de la femme américaine. Loin d’offrir une vision sexiste, « Boston Justice » nous montre plutôt des femmes volontaires, sûres d’elles-mêmes, sexy et certainement pas manipulables. A cet égard, Shirley Schmidt illustre à merveille ce qui précède. Si par moments, l’image de la femme en prend un coup ; la gent féminine sort, heureusement, souvent gagnante au final : Shirley affiche une personnalité plutôt dominante mais en même temps, très tendre et lucide ; Katie allie charme et intelligence, tout en prenant la défense de ses collègues quand cela s’avère nécessaire ; Denise essaye de s’en sortir dans une profession très masculine sans renoncer à ses rêves et se demande jusqu’où elle peut aller pour pouvoir continuer à être en accord avec elle-même, ….

Afin d’éviter le côté par trop répétitif qui finit par s’installer dans toute série, David Kelley a eu la très bonne idée d’introduire d’autres personnages fantasques : Clarence, grand black qui souffre de dédoublement de personnalité et se déguise en femme pour vaincre sa timidité ; Jerry Espenson et son syndrome d’Asperger (une véritable maladie dont les symptômes sont notamment une phobie sociale et des tics et tocs mais qui ne masquent pas une prodigieuse intelligence. Au final, Jerry se révèle un personnage très attachant malgré ses comportements bizarres comme le fait de se promener avec les mains posées sur l’avant de ses cuisses, à émettre des « pop » avec sa bouche ou à ronronner durant ses plaidoiries) ; Carl Sack, un des avocats associés du Cabinet, sorte de « terreur juridique » auquel se frottent Denny et Alan dans un premier temps et qui, peu à peu, va se montrer beaucoup plus humain. Voilà quelques exemples parmi d’autres.

Que ceux qui n’aiment pas « Star Trek » et William Shatner se rassurent, pas question de voyages spatiaux ni d’univers de science-fiction ici. Bien sûr, l’acteur nous fait plusieurs gros clins d’œil marrants à la célèbre série des années 60 au fil des divers épisodes. Il faut dire qu’il a du culot et qu’il n’a pas peur de se tourner en ridicule, au risque de surjouer. Le spectacle n’en est que plus jubilatoire car bien dosé.

Tous bien écrits, les personnages de « Boston Justice » incarnent une vision drôle et véritablement décalée de l’Amérique contemporaine, n’hésitant pas à mettre à mal le fameux « rêve américain ». En prime, la série nous offre la présence de quelques « guest stars » (vedettes invitées) et non des moindres : Michael J. Fox (le gamin des films « Retour vers le futur »), Tom Selleck (le célèbre « Magnum » qui incarne ici un drôle de loustic, pas très net aux entournures) ; Roma Maffia (l’anesthésiste lesbienne de « Nip Tuck » en juge très sérieuse) ; Ally Walker (la jolie et intelligente enquêtrice de « Profiler » en manipulatrice perfide) et bien d’autres encore.

Bref, il faut absolument voir et revoir « Boston Justice », une série vraiment pas comme les autres, intelligente, ironique, poignante et au final, magistrale. Un divertissement haut de gamme qui vous remet de bonne humeur après une vilaine journée au boulot. Que demander de plus ?

 

Voir un best of sympa de toutes les fois où l’acteur William Shatner prononce « Denny Crane » sans la série en voyant la vidéo de « You Tube » ci-dessous :