02/08/2014

« FRIDAY NIGHT LIGHTS » : un autre visage de l’Amérique des années Bush

Friday Night Lights

© NBC Television - www.pivot.tv 

Série dramatique (USA, 2006 à 2011) comprenant 5 saisons pour 76 épisodes.

Intégrale de la série disponible en dvd à la vente depuis 2012.

Cinquième et dernière saison diffusée en ce moment (juillet/août 2014) sur RTL TVi, chaîne privée luxembourgeoise en Belgique.

REGARDER UN TRAILER DE "FRIDAY NIGHT LIGHTS"

Comme moi, vous avez dû vous dire à la vue des coffrets de cette série : « Quoi ? Du foot américain ? J’y pige que dalle, rien à f…. ». C’est vrai que ce sport national auquel les Américains vouent un véritable culte n’est pas vraiment compris ici, jugé à la fois trop brutal et surtout trop américain. Et pourtant, il mérite qu’on s’y arrête. Mon point d’accroche était l’acteur Kyle Chandler que j’avais découvert dans la série « L’enfer du devoir » sur la guerre du Vietnam (1987, toujours pas en dvd européen, grrr…) et dans « Demain à la Une » (1996/2000, Early edition en VO), amusante série sur les aventures d’un type qui reçoit le journal déposé par un chat devant sa porte. Particularité, ce journal contient les infos de demain mais il les connaît déjà aujourd’hui. D’où une course contre la montre pour tenter d’éviter les catastrophes…

Récemment, Chandler jouait aussi le flic du FBI qui fait plonger l’infâme Jordan Belfort, trader fou joué par Leonardo DiCaprio dans « Le loup de Wall Street », dernier film de Martin Scorsese. Kyle Chandler, un chouette acteur, discret mais efficace.

A l’origine, la série est tirée du film homonyme « Friday Night Lights », réalisé en 2004 par Peter Berg, ancien acteur reconverti en réalisateur de talent (les films d’action Hancock, Le Royaume, Battleship). Berg s’était inspiré du livre « A Town, a Dream and a Team » du journaliste et prix Pulitzer H.G. Bissinger, contant la vie d’une équipe de foot américain dans une petite ville du Sud des USA. Pourtant, le long métrage n’avait pas de quoi attirer le spectateur vers la série : personnages peu attachants et difficilement identifiables, images sombres et tremblantes, confusion dans l’explicatif du match final, …

Qu’importe, Berg décide de s’atteler à l’adaptation de son film sous forme de série hebdomadaire, ne conservant que deux acteurs du long métrage (Connie Britton, la femme du coach et Brad Leland qui joue Buddy Garrity dans la série, un rôle différent du film). Il maintient l’action dans la petite ville de Dillon, au Texas et rajeunit le casting (la plupart des acteurs sont adolescents). Enfin, le réalisateur a la bonne idée de ne pas tomber dans la série pour jeunes de type « Beverly Hills » ou autres « Gossip Girl » et de centrer aussi son récit autour de personnages adultes.

A cet égard, le coach Taylor reste la figure marquante et emblématique de « Friday Night Lights ». Père de famille et figure paternelle de son équipe, mentor et mari, entraîneur futé et travailleur acharné ; c’est un personnage qui sait se montrer sévère tout en restant fin, encaissant les coups du sort. Bien sûr, il lui arrive de pousser une gueulante mais si on devait le définir en un mot, ce serait « digne ».

Eric Taylor se révèle également terriblement humain car il sait le potentiel que recèle chaque jeune joueur et fait ce qu’il peut pour leur ouvrir les yeux sur les recruteurs d’équipes de pro : tu es une star aujourd’hui et demain, tu n’es plus rien.  Il les met en garde contre les feux éphémères de la gloire et de l’argent. De fait, l’arrogant Smash Williams en fera les frais tout comme l’attachant Jason Street, paralysé suite à un match qui traumatise toute l’équipe et la petite ville de Dillon, au Texas, où se situe l’action.

Autour des espoirs du foot américain gravitent d’autres personnages, tous plus attachants les uns que les autres : Landry, l’intello qui a du mal avec les filles et ferait tout pour Tyra ; Matt Saracen, artiste dans l’âme, contraint de s’occuper de sa grand-mère suite à la mort de son père et qui vit une histoire d’amour compliquée avec Julie, la fille du coach ; les très prometteurs Luke Cafferty, jeune fermier dont les parents ne voient pas d’un bon œil sa passion pour le foot et Vince Howard, jeune délinquant noir qui reçoit une seconde chance et développe des talents insoupçonnés (l’occasion de découvrir, à ses débuts, le formidable Michael B. Jordan, vu dans le récent et acclamé « Fruitvale station »).

Enfin et c’est sans doute le personnage le plus attachant de la série : Tim Riggins, brave gars du coin aimant boire et faire la fête. Tim sait qu’il n’ira jamais bien loin car au fond, il s’en fout. Avec Tim, les choses n’ont pas besoin d’être dites : je suis là quand on a besoin de moi mais faut pas abuser (son frère l’attire dans des plans foireux à répétition), j’aime mais je suis capable de sacrifice pour aider ceux qui me sont chers. Sans artifices, l’acteur livre une performance épatante. Depuis la fin de la série, Taylor Kitsch réussit d’ailleurs une belle carrière au cinéma avec des films qui ont fait des flops (« John Carter », « Battleship ») et des succès (« Savages » d’Oliver Stone, « Du sang et des larmes » de Peter Berg, …). Un nouveau Johnny Depp en plus sombre ? L’avenir nous le dira.

Autour de tous ces ados, le coach Taylor et sa femme Tami restent des référents : guides de ces avenirs incertains mais où l’impossible peut devenir possible, bienveillants sans être moralisateurs, ne jugent pas et sont là quand tout va mal. Eux aussi vivent des moments durs, notamment lorsque le coach décide de revenir entraîner les Dillon Panthers alors qu’il occupait une belle place dans une équipe universitaire. Tout remettre en cause, y compris sa sécurité professionnelle et financière pour l’avenir de ces jeunes ; le coach Taylor connaît aussi ses galères et ses désillusions.

C’est bien là ce qu’on retiendra de « Friday Night Lights » : des personnages vraiment bien écrits et terriblement attachants. Fait marquant et la série le souligne avec beaucoup de finesse, ils évoluent tout au long des 5 saisons de « Friday Night Lights ». Tout ce petit monde change de vie au fil du temps qui passe. Certains gardent le cap (le coach en tête), d’autres connaissent un autre destin que celui auquel ils aspiraient mais sans tomber dans la déchéance.

« Friday Night Lights » nous offre un message lumineux en ces temps de peur et de misère : « Gardez espoir et ne devenez pas amer. Si votre vie est difficile, ne baissez pas les bras. » Un  message amené avec beaucoup de subtilités, sans prêchi-prêcha, au travers de Jason Street, Tim Riggins, Vince Howard et bien sûr, du coach Taylor. On retiendra son fameux : « Clear eyes, full hearts can’t lose ! »

Enfin, les matches de foot américain, peu compréhensibles pour nous Européens, deviennent carrément palpitants. Le titre fait référence au match de lycée du vendredi soir où toute une petite ville se mobilise pour ses joueurs sur qui la pression est extrêmement forte puisqu’ils incarnent leurs espoirs. On se surprend à sauter de son fauteuil quand l’équipe gagne, alors qu’on n’a pas d’affinités particulières avec ce type de sport.

 

Bref, « Friday Night Lights » est une série exceptionnelle, à voir et à revoir, à posséder absolument dans votre dvdthèque. Très beau portrait de l’adolescence, elle se rapproche certainement au plus près de ce que l’on peut vivre dans la vraie vie. Une vie digne et la tête haute. Un autre portrait de l’Amérique des années Bush.

20:23 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2014

LAST RESORT : touché, coulé !

Last Resort

Photo : © ABC Television

Série d’action américaine (USA, 2013) de 13 épisodes, créée par Shawn Ryan.

Avec André Braugher, Scott Speedman, Robert Patrick, …

VOIR UN TRAILER DE “LAST RESORT” en guise d’apéritif

Etonnante et plutôt osée cette courte série de Shawn Ryan (The Shield), centrée autour des aventures d’un équipage de sous-marin nucléaire américain qui devient hors-la-loi pour avoir refusé de bombarder le Pakistan. Renégats parqués de force sur une île et disposant de l’arme nucléaire, les marins essayent de dénouer les fils complexes d’une conspiration gouvernementale… On aurait pu croire à un show guerrier et patriotique. Et bien non : oubliez « JAG », ses héros au dents blanches comme leurs uniformes et ses trompettes triomphalistes.

A la place, on a droit à un intéressant questionnement autour du pouvoir et de ses conséquences. Notamment le fait de refuser de suivre aveuglément des ordres. Pas très patriotique évidemment. En cela, Shawn Ryan propose quelque chose d’osé en bousculant (un peu) les conventions. Si vous disposiez de l’arme nucléaire, feriez-vous tout sauter pour sauver une nation au détriment d’une autre ? Le spectre d’Hiroshima en 1945 plane sur toute la saison de « Last Resort » (littéralement le « dernier recours » qui est évidemment incarné par l’équipage du sous-marin US). 

Non exempte de défauts, l’intrigue file sur 13 épisodes, teintés d’action mais parfois décousus, voire obscurs. En effet, au milieu de la saison, un épisode introduit subitement une histoire de virus, comme un cheveu tombant dans la soupe (scénaristique). Ce qui laisse penser que la série a connu des problèmes d’écriture en cours de production. Mais la suite arrive à se maintenir plus ou moins correctement malgré une énième histoire de conspiration.

« Last Resort » aurait sans doute eu plus de punch sous forme de minisérie avec un scénario plus travaillé. De fait, son pitch ne permettait pas un étirement des intrigues à l’infini. Une série dans la lignée de « Lost », « Flash Forward » et « The Event » ; si vous aimez ce genre mais avec moins de mystères. Néanmoins, elle mérite un coup d’œil, voire une seconde vision pour mieux en saisir tous les enjeux.

Dans le rôle du Capitaine Chaplin, André Braugher (Homicide, Dr. House) est épatant, à la fois charismatique et lucide, portant le poids de la solitude du chef avec dignité. A ses côtés, le talentueux Scott Speedman (Underworld) incarne avec panache le second à bord, tiraillé entre la trahison et le devoir d’officier. Enfin, on retrouve avec plaisir l’infâme Robert Patrick (X-Files, The Unit) dans un rôle de militaire aux antipodes de cette dernière série.

Etant donné le peu d’audience aux USA, sans doute en raison d’une intrigue complexe et d’un patriotisme ricain remis en question ; la chaîne ABC l’a annulé au terme de sa première saison. Mais  à défaut d’avoir répondu à toutes les questions, « Last Resort » propose tout de même une fin correcte et qui - curieusement - se permet un petit élan patriotique dans son plan final. 

Pas de chance pour Shawn Ryan qui, depuis la fin de « The Shield » et hormis « The Unit », n’arrive pas à maintenir ses séries à l’antenne après les échecs successifs de « Lie to me », « Chicago code » et « Last Resort ». Touché, coulé donc. Dommage car c’est un grand auteur/producteur qui mérite sa place parmi ses pairs et auteurs de télé de grande qualité (David Simon, Kurt Sutter, Vince Gilligan, …).

En conclusion, « Last Resort » sera-t-elle une série appelée à devenir culte ? Assurément…

18:54 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/06/2014

INDEX DES SERIES TV COMMENTEES SUR CE BLOG

N.B.: toutes les séries n'y sont pas, question de temps de visionnage et de goût. Une vie entière n'y suffirait pas. Et comme on n'est pas "Highlander"...

L'AGE DE CRISTAL / LOGAN'S RUN (USA, 1978) Science-fiction avec Gregory Harrison

THE AMERICANS (USA, 2013) : espionnage avec Matthew Rys, Keri Russel

ARROW (USA, 2013) Action / Aventures avec Stephen Amell

AU NOM DE LA LOI / WANTED DEAD OR ALIVE (USA, 1958-1961) western avec Steve McQueen

 
 
 
 
 
 

BLUE BLOODS (USA, 2011) : policier avec Tom Selleck et Donnie Wahlberg

BOSS (USA, 2013) : dramatique et politiqie avec Kelsey Grammer

BOSTON JUSTICE (Boston Legal / USA, 2004 - 2008) : comédie avec James Spader et William Shatner

BREAKING BAD (USA, 2008) : drame avec Bryan Cranston et Aaron Paul

* BROADCHURCH (GB, 2013) : drame policier avec David Tennant et Olivia Colman

 
 
 

DAMAGES (USA, 2007) : drame / judiciaire avec Glenn Close et Rose Byrne

* DAREDEVIL (USA, 2015) : drame/action super-héros avec Charlie Cox et Vincent D'Onofrio

DEXTER (USA, 2006) : policier avec Michael C. Hall

DOCTEUR HOUSE (House M.D. / USA, 2004) : médical avec Hugh Laurie

ELEMENTARY (USA, 2012) Policier avec Jonny Lee Miller et Lucy Liu

ESPION MODELE (Cover Up / USA, 1984) : action / espionnage avec Jon-Erik Hexum

ESPRITS CRIMINELS (Criminal Minds / USA, 2005) : policier avec Joe Mantegna et Thomas Gibson

THE EVENT (USA, 2011) : science-fiction avec Jason Ritter et Laura Innes

LES EXPERTS : LAS VEGAS (CSI / USA, 2000) : policier avec William Petersen et Marg Helgenberger

* FARGO (USA, 2014) : policier / drame avec Martin Freeman, Billy Bob Thornton, Colin Hanks

FBI DUO TRES SPECIAL / WHITE COLLAR (USA, 2009) : policier avec Matt Bomer

* THE FLASH (USA, 2014) : science-fiction / aventures avec Grant Gustin

THE FOLLOWING (USA, 2013) : Policier / Horreur avec Kevin Bacon

* FRIDAY NIGHT LIGHTS (USA, 2006/2011) : chronique avec Kyle Chandler, Connie Britton, Taylor Kitsch

FRINGE (USA, 2008) : Fantastique avec Anna Torv, Joshua Jackson et John Noble

THE GOOD WIFE  (USA, 2010) : drame / judiciaire avec Julianna Margulies et Chris Noth

* HANNIBAL (USA, 2013) : policier / horrifique avec Mads Mikkelsen, Hugh Dancy, Lawrence Fishburne 

HAWAII FIVE-0 (USA, 2010) : policier avec Alex O’Loughlin et Scott Caan

HELL ON WHEELS (USA, 2011) : western avec Anson Mount et Colm Meaney

HOMELAND (USA, 2012) : drame avec Damian Lewis, Claire Danes et Mandy Patinkin

L’HOMME DE L’ATLANTIDE (Man from Atlantis / USA, 1977) : science-fiction avec Patrick Duffy

L’HOMME DE NULLE PART (Nowhere Man / USA, 1996) : fantastique avec Bruce Greenwood

L’HOMME INVISIBLE (The Invisible man / USA, 1975) : science-fiction avec David McCallum

* HOUDINI (Canada, 2014) : minisérie avec Adrien Brody

HOUSE OF CARDS (USA, 2013) : dramatique et politique avec Kevin Spacey

LE NOUVEL HOMME INVISIBLE / GEMINI MAN (USA, 1976) : science- fiction avec Ben Murphy

LES INCORRUPTIBLES (The Untouchables / USA, 1958) : policier avec Robert Stack

JESSE STONE (USA, 2006) : téléfilms policiers avec Tom Selleck

L.A. ENQUETES PRIORITAIRES / THE CLOSER (USA, 2005) : policier avec Kyra Sedgwick

* LAST RESORT (USA, 2012) : série thriller action avec André Braugher et Scott Speedman

* THE LAST SHIP (USA, 2013) : série militaire d'action avec Eric Dane, Rhona Mitra

LIE TO ME (USA, 2008) : policier avec Tim Roth

LIFE (USA, 2007) : policier avec Damian Lewis

* LONGMIRE (USA, 2012) : policier avec Robert Taylor, lou Diamond Philips, Katee Sackhoff

LOST (USA, 2005) : fantastique avec Matthew Fox, Evangeline Lilly, Terry O’Quinn, …

LUTHER (GB, 2010) : policier avec Idris Elba

MAD MEN (USA, 2007) : drame avec Jon Hamm

MEDIUM (USA, 2005) : fantastique / policier avec Patricia Arquette et Jake Weber

THE MENTALIST (USA, 2007) : policier avec Simon Baker

MIAMI VICE - DEUX FLICS A MIAMI (USA, 1985-1990) : policier avec Don Johnson

* MINDHUNTER (USA, 2017) : policier thriller avec Jonathan Gross et Holt McCallany

NCIS : LOS ANGELES (USA, 2009) : action / policier avec Chris O'Donnell et LL Cool J

NIP / TUCK (USA, 2004) : médical « trash » avec Dylan Walsh et Julian McMahon

LE PACIFIQUE (THE PACIFIC - USA, 2009) : minisérie de guerre de Steven Spielberg et Tom Hanks

PERSON OF INTEREST (USA, 2011) : action/espionnage avec Jim Caviezel et Michael Emerson

PRISON BREAK (USA, 2005) : policier avec Wentworth Miller et Dominic Purcell

LA QUATRIEME DIMENSION (The Twilight zone / USA, 1959) : fantastique  de Rod Serling

* RAY DONOVAN (USA, 2013) : dramatique avec Liev Schreiber, Jon Voight

RESCUE ME (USA, 2006) : drame avec Denis Leary

REVENGE (USA, 2012) : drame avec Emily VanCamp, Madeleine Stowe

REVOLUTION (USA, 2013) : action / fantastique avec Billy Burke, Elizabeth Mitchell

LE RICHE ET LE PAUVRE (Rich man, poor man / USA, 1976) : minisérie dramatique avec Nick Nolte

SHARK (USA, 2006) : judiciaire avec James Woods

SHERLOCK (GB, 2010) : policier avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman

THE SHIELD (USA, 2004) : policier avec Michael Chiklis

SIMON & SIMON (USA, 1981) : policier avec Jameson Parker et Gerald McRaney

* SLEEPY HOLLOW (USA, 2013) Policier / Fantastique avec Tom Mison, John Noble, Nicole Beharie

SONS OF ANARCHY (USA, 2009) : policier / drame avec Charlie Hunnam et Ron Perlman

* SOUTHLAND (USA, 2009 - 2013): policier avec Michael Cudlitz

SPARTACUS : BLOOD AND SAND  (USA, 2010) : peplum avec Andy Whitfield

* STRANGER THINGS (USA, 2017) : fantastique avec Matthew Modine, Winona Ryder

SUPERNATURAL (USA, 2005) : fantastique / horreur avec Jensen Ackles et Jared Padalecki

SUR LA PISTE DES CHEYENNES (The Quest / USA, 1976/77) : western  avec Kurt Russell

* 13 REASONS WHY (USA, 2017) : drame jeunesse avec Dylan Minnette

TOUCH (USA, 2012/2013) : drame avec Kiefer Sutherland

* TREME (USA, 2011/2015) : drame de David Simon. Avec Wendell Pierce, Clarke Peters, ...

TRUE BLOOD (USA, 2008) : fantastique / horreur avec Anna Paquin et Stephen Moyer

TRUE DETECTIVE (USA, 2014) Anthologie policière avec Woody Harrelson et Matthew McConaughey

TUNNEL (France/GB, 2013) : thriller policier avec Stephen Dillane et Clémence Poesy

UNDER THE DOME (USA, 2013) : fantastique avec Dean Norris et Mike Vogel

UNFORGETTABLE  (USA, 2011) : policier avec Poppy Montgomery

THE UNIT  (USA, 2006) : action avec Dennis Haysbert

* VIKINGS (Canada/Irlande, 2012) : historique avec Travis Fimmel

24 HEURES CHRONO (24 / USA, 2001) : action avec Kiefer Sutherland

THE WALKING DEAD (USA, 2010) Horreur avec Andrew Lincoln

ZORRO (USA, 1958) : aventures avec Guy Williams

 

CHRONIQUES ET DOSSIERS :

 

1) DES NANAS A QUI ON NE LA FAIT PAS :

portrait de quelques femmes fortes dans les séries US des années 2000 

1. THE CLOSER (L.A. ENQUETES PRIORITAIRES)

2. THE GOOD WIFE

3. UNFORGETTABLE

4. MEDIUM

5. DAMAGES

 

2) ILS ETAIENT BIEN A LA TELE ET Y SONT RESTES (EPISODES 1 à 3/3) : portraits d’acteurs

 

 

 

 

3) PASSAGE REUSSI DU PETIT AU GRAND ECRAN :

parcours d’acteurs de séries tv qui ont percé au cinéma depuis 1960 : Clint Eastwood, Steve McQueen, Bruce Willis, Johnny Depp, George Clooney, Hillary Swank, ...

13:11 Écrit par Manu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |